BFMTV

Covid-19: après les annonces de Pfizer et Moderna, où en sont les autres vaccins en développement?

Une personne se fait vacciner contre la grippe en 2017 à Ajaccio (illustration)

Une personne se fait vacciner contre la grippe en 2017 à Ajaccio (illustration) - PASCAL POCHARD-CASABIANCA © 2019 AFP

La perspective des premières vaccinations contre le Covid-19 d'ici la fin de l'année se concrétise: après Pfizer/BioNTech la semaine dernière, la société de biotechnologie américaine Moderna a annoncé lundi que son vaccin était efficace à 94,5%.

Disposera-t-on d'un vaccin efficace contre le coronavirus dans un futur proche? La semaine passée, l'annonce des laboratoires Pfizer et BioNTech selon laquelle leur vaccin avait atteint une efficacité de 90% d'après des résultats intermédiaires, a relancé les espoirs dans la lutte contre la pandémie de Covid-19.

Dans cette course effrénée, celui développé par l'alliance germano-américaine est loin d'être le seul en lice. Dans son dernier point, en date du 3 novembre dernier, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) recensait l'existence de 47 "candidats-vaccins" actuellement au stade des essais cliniques sur l'Homme. Une forte progression par rapport à juin dernier, où ils étaient seulement 11.

· Moderna, un vaccin efficace à 94.5%

Ce lundi, la société de biotechnologie américaine Moderna a annoncé à son tour que son vaccin était efficace à 94,5%, et qu'elle comptait en fabriquer 20 millions de doses d'ici fin décembre.

On ignore encore la durée de la protection conférée par le vaccin, ce que seul le temps révélera. Mais si ce niveau d'efficacité était le même dans la population générale, ce serait l'un des vaccins les plus efficaces qui existent, comparable à celui contre la rougeole, efficace à 97% en deux doses, et bien meilleur que contre la grippe (19 à 60%), selon les Centres américains de lutte contre les maladies.

Moderna demandera une autorisation de mise sur le marché "dans les prochaines semaines" aux Etats-Unis. Moderna a aussi signé des contrats avec le Canada, la Suisse, le Japon, Israël et le Qatar et est en négociation avec l'Union européenne, le Royaume-Uni et le programme international Covax.

Elle prévoit de produire 20 millions de doses cette année, et entre 500 millions et un milliard en 2021, grâce à des sites de production et des partenaires industriels aux Etats-Unis, en Suisse et en Espagne.

· 9 autres vaccins en phase 3

En dehors de celui de Pfizer-BioNTech et de Moderna, 9 autres vaccins sont actuellement en troisième et dernière phase à travers le monde. Cette ultime phase correspond à des tests à grande échelle effectués sur des dizaines de milliers de volontaires se trouvant sur plusieurs continents.

Il s'agit des vaccins développés par Novavax (États-Unis) Janssen Pharmaceutical (Belgique), Gamaleya Research Institute (Russie), CanSino Biologics/Beijing Institute of biotechnology (Chine), AstraZeneca (Suède-Royaume-Uni)/Université d'Oxford (Royaume-Uni), Wuhan Institute of Biological Products/SinoPharm (Chine), Sinovac (Chine) et Beijing Institute of biological Products (Chine).

· Trois essais ont dû être suspendus

En dépit de leur stade avancé, trois de ces essais de phase 3 ont dû être suspendus pour des raisons de sécurité ces derniers mois. Cette décision a concerné le vaccin d'AstraZeneca, suspendu début septembre à cause d'une maladie inexpliquée chez un participant. L'essai a repris après quelques jours au Royaume-Uni et dans d'autres pays, et fin octobre aux États-Unis.

Mi-octobre, le groupe pharmaceutique Janssen Pharmaceutical avait également dû interrompre durant quelques jours son essai, là encore "en raison d'une maladie inexpliquée".

La dernière suspension est très récente puisqu'elle a été annoncée ce lundi, quelques heures après l'annonce des résultats préliminaires de Pfizer et BioNTech. Cette fois-ci, c'est le vaccin développé par le laboratoire chinois Sinovac qui est concerné. C'est l'Agence de vigilance sanitaire du Brésil qui a annoncé cette suspension après qu'"un incident grave" a été constaté chez un volontaire. A cette heure, aucun détail n'a été fourni, hormis le fait que l'incident s'est produit le 29 octobre, mais une conférence de presse doit être donnée ce mardi après-midi.

· Des nouvelles prometteuses

Outre ces suspensions d'essais, d'autres résultats et annonces, en dehors de celle de lundi faite par Pfizer/BioNTech, sont encourageantes. Ainsi, le laboratoire Moderna avait annoncé en octobre qu'il prévoyait de déposer une demande d'autorisation en urgence à la fin du mois de novembre aux Etats-Unis, auprès de l'Agence des médicaments (FDA) pour son vaccin.

AstraZeneca aussi avait communiqué fin octobre sur des résultats encourageants. Bien que ses essais avaient dû être suspendus début septembre, le laboratoire l'Anglo-Suédois avait indiqué le 26 octobre que son vaccin à l'étude entraînait une réponse immunitaire encourageante de la part des jeunes adultes et des personnes âgées.

L'université d'Oxford, qui travaille sur le projet avec le laboratoire, avait souligné que ces données provenaient des premiers essais cliniques de phase 2.

· 155 projets en phase pré-clinique

Outre ces 10 vaccins en phase 3, 37 autres vaccins se trouvent actuellement en phase 1 et en phase 2, relève l'OMS. Ces stades correspondent respectivement à l'évaluation de la sécurité du produit et celle où l'efficacité commence à être mesurée.

À l'heure actuelle, l'agence onusienne recense au total 155 projets de vaccins en phase pré-clinique.

"Plus on a de candidats avec des techniques différentes, plus on a de chances d'aboutir à un vaccin qui marche et est bien toléré", a expliqué à l'Agence France-Presse (AFP) Daniel Floret, vice-président de la Commission technique des vaccinations de la Haute autorité de santé (HAS) française.
Clarisse Martin avec AFP