BFMTV

Covid-19: 70% des Français ont déclaré souffrir de problèmes de sommeil en ce début d'automne

La dépression est une maladie qui touche tous les âges, depuis l’enfance jusque très tard dans la vie. - iStock - elenaleonova

La dépression est une maladie qui touche tous les âges, depuis l’enfance jusque très tard dans la vie. - iStock - elenaleonova - -

Entre le 28 septembre et le 5 octobre, la santé mentale des Français a continué à se dégrader par rapport à la rentrée, selon la dernière enquête CoviPrev de Santé publique France, publiée ce vendredi. Certains indicateurs, comme le manque de sommeil, ont particulièrement augmenté par rapport à la période hors épidémie.

Les vagues successives de Covid-19 commencent à peser durablement sur la santé mentale des Français, selon les résultats de la dernière enquête CoviPrev, menée par Santé publique France et publiée ce vendredi.

"La santé mentale des personnes interrogées continue à se dégrader depuis la rentrée. L’augmentation des états dépressifs et surtout des états anxieux et des problèmes de sommeil se confirme. Pour la seconde fois consécutive dans CoviPrev, le pourcentage de personnes montrant des problèmes de sommeil a significativement augmenté et se situe à un niveau supérieur à celui observé lors du premier confinement", observent les auteurs de l'enquête.

Des indicateurs en hausse

Entre le 28 septembre et le 5 octobre, 70% des Français ont déclaré avoir eu des problèmes de sommeil, un niveau qualifié d'"élevé" par Sante publique France: ils étaient 49% en 2017, hors épidémie, et 61% au début du premier confinement.

Lors de cette nouvelle enquête, 26% des personnes interrogées ont également indiqué montrer des signes d'un état anxieux, 16% des signes d'un état dépressif et 10% ont souligné avoir eu des pensées suicidaires au cours de l'année. Tous ces indicateurs sont en hausse par rapport au niveau hors épidémie, respectivement de 12 points, de 6 points et de 5 points.

Mais si la prévalence des états anxieux apparaît "élevée" aux yeux de Santé publique France, atteignant un niveau similaire à celui observé lors du premier confinement (27%), la prévalence des états dépressifs reste à un niveau inférieur à celui du début de la crise sanitaire (20%).

En tout, 80% des Français ont tout de même déclaré avoir une perception positive de leur vie. Un chiffre inférieur à celui observé hors épidémie (-5 points par rapport au baromètre de 2017) mais supérieur à celui rapporté au début du premier confinement (66%).

"La crise sanitaire a affecté de façon durable la santé mentale"

Les auteurs de l'enquête notent que "quel que soit l’indicateur considéré, les profils de la population les plus en difficultés sont les chômeurs, les personnes déclarant des antécédents de trouble psychologique ainsi que celles déclarant une situation financière difficile".

Les femmes sont également plus sujettes aux états anxieux et dépressifs ainsi qu'aux problèmes de sommeil, et les 25-34 ans font partie des profils expérimentant le plus des états anxieux, des problèmes de sommeil et des pensées suicidaires.

"La crise sanitaire a affecté de façon durable et importante la santé mentale de la population, en particulier en termes de symptomatologie anxio-dépressive et de problèmes de sommeil", conclut Santé publique France.

Avant de rappeler qu'il ne faut pas hésiter à contacter son médecin, appeler le 0 800 130 00 pour demander à être orienté vers une écoute ou un soutien psychologique, ou à s’informer sur le site du Psycom (Psycom.org).

Clément Boutin Journaliste BFMTV