BFMTV

Coronavirus: une rave-party clandestine rassemble 2000 personnes près d'Arcachon

Des personnes dancent lors d'un Teknival organisé le 2 mai 2009 à Crucey-Villages (Eure-et-Loir)  (photo d'illustration).

Des personnes dancent lors d'un Teknival organisé le 2 mai 2009 à Crucey-Villages (Eure-et-Loir) (photo d'illustration). - ALAIN JOCARD / AFP

Depuis plusieurs jours, au moins huit préfectures avaient pris des mesures pour empêcher l'installation "illégale" d'un possible teknival.

Une rave-party a rassemblé ce samedi soir environ 2000 personnes dans une forêt proche d'Arcachon, a indiqué dimanche la préfecture de la Gironde, malgré les mises en garde sur l'épidémie de Covid-19 "toujours en cours".

"Non déclarée", la "rave-party" s'est tenue dans la nuit de samedi à dimanche dans la forêt de Cazaux, proche du bassin d'Arcachon et de la dune du Pilat, sur la commune de La Teste-de-Buch, sans faire de "dégâts", a précisé la préfecture.

La police qui s'est rendue sur les lieux de ce rassemblement festif a relevé 70 plaques d'immatriculation pour procéder à d'éventuelles verbalisations, a-t-elle ajouté.

Des mesures prises par huit préfectures

Depuis plusieurs jours, au moins huit autres préfectures dans les régions Centre-Val de Loire et Nouvelle-Aquitaine avaient pris des mesures pour empêcher l'installation "illégale" d'un possible teknival susceptible d'attirer sur leurs terres "plusieurs milliers" de personnes, entre le 10 et le 15 juillet, expliquait notamment la préfecture de la Vienne dans un arrêté.

Invoquant la crise sanitaire "toujours en cours", le préfet de ce département néo-aquitain entendait ainsi éviter "la création d'un cluster (foyer, ndlr) de contamination", estimant qu'un tel rassemblement "ne permet pas un respect des gestes barrières".

Quel respect des gestes barrières?

Cette "rave-party" a eu lieu le même soir qu'un concert à Nice, qui a suscité l'émotion après avoir réuni jusqu'à 5000 spectateurs, pour la plupart peu soucieux des gestes barrières.

Dimanche, le maire LR de Nice Christian Estrosi a annoncé qu'il imposera désormais le masque pour les grands événements organisés par sa municipalité et demande à l'État d'en faire de même.

"N'hésitez pas à porter un masque en toute situation, surtout si vous n'êtes pas sûr de pouvoir garder un mètre de distance avec ceux qui vous entourent", a tweeté pour sa part le ministre de la Santé, Olivier Véran.

M.D. avec AFP