BFMTV

Coronavirus: Salomon appelle à se préparer à une "deuxième vague" et à ne "pas relâcher les efforts"

Jérôme Salomon lors d'une conférence de presse au ministère de la Santé, le 17 juillet 2019 à Paris.

Jérôme Salomon lors d'une conférence de presse au ministère de la Santé, le 17 juillet 2019 à Paris. - JACQUES DEMARTHON © 2019 AFP

Le directeur général de la Santé n'écarte pas une résurgence de nouveaux cas et appelle les Français à maintenir la vigilance en cette période estivale.

L'épidémie ne prend pas de vacances. Alors que de nombreux Français profitent de leurs congés ou de la fin de l'année scolaire pour se déplacer et voyager après plusieurs mois marqués par la crise sanitaire liée au Covid-19, Jérôme Salomon appelle à suivre les recommandations sanitaires pour se protéger du coronavirus, toujours présent.

"Il ne faut pas relâcher les efforts, même pour tous ceux qui sont actuellement en vacances", insiste le directeur général de la Santé, dans une interview accordée au Figaro.

S'il faut "se préparer à une reprise de l'épidémie, voire à une deuxième vague", il appelle les Français à conserver les bons réflexes de ces derniers mois, à savoir les gestes barrières et d’hygiène. Car, dit-il, "ce sont nos comportements individuels et collectifs qui conditionnent le risque de reprise de l’épidémie".

La crainte d'une résurgence de l'épidémie dès cet été

L'infectiologue rappelle par ailleurs qu'"il n'y a pas de profil type", que tout le monde peut contracter le coronavirus et n'écarte pas une deuxième vague y compris dès cet été. Une mise en garde qui s'ajoute à celle du professeur Eric Caumes. Le chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière rédoute cette semaine dans Le Parisien qu'en cas d'éventuelle reprise de l'épidémie, celle-ci pourrait démarrer avant même cet automne.

"Nous ne savons pas tout sur le comportement saisonnier de ce virus qui circule toujours", explique Jérôme Salomon, affirmant que les autorités sanitaires ont tiré des leçons de la première vague pour se préparer à une résurgence de l'épidémie. "Nous savons tester et avons d’importantes capacités à le faire, nous savons tracer et isoler tout porteur du virus. Nous savons déployer des lits de réanimation supplémentaires", énumère-t-il.

Des efforts sur le dépistage

En attendant, Jérôme Salomon évoque les efforts déployés depuis début mars pour tracer et isoler le coronavirus, notamment le renforcement des capacités de dépistage pour l'étendre "à toute personne qui s’estime à risque ou habite une zone touchée". Un accès aux tests qui se traduit par l'envoi de bons de dépistage par l'Assurance-maladie, notamment en Île-de-France, et le déploiement de centres de dépistage mobiles. "Nous envisageons également d’organiser des opérations de porte-à-porte", évoque même Jérôme Salomon.

Objectif: casser les chaînes de contamination afin d'éviter que le virus ne touche davantage les personnes les plus fragiles. Un renforcement de la campagne de prévention en cette période estivale, où le relâchement de chacun se fait observer.

"Que chacune et chacun continue de respecter les mesures barrières "

Le médecin cite également le projet Obépine qui permet de tracer le coronavirus via les eaux usées, comme un outil complémentaire pour suivre l'évolution épidémiologique et l'anticiper. Aussi, si la situation sanitaire venait à se dégrader de nouveau, le médecin n'écarte pas la mise en place de diverses mesures pour contrôler la propagation du virus: "l’information locale, la protection des plus fragiles, le renforcement des mesures barrières, envisager des mesures de limitation des déplacements par exemple".

"Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que ce sont essentiellement nos comportements qui conditionnent la reprise épidémique", répète en amont le directeur général de la Santé. "Il faut que chacune et chacun continue de respecter les mesures barrières, les mesures d’hygiène, la distanciation physique et le port du masque, surtout en situation de promiscuité et dans un espace clos".

Selon le dernier bilan quotidien de Santé Publique France, 13 personnes sont mortes du Covid-19 ces dernières 24 heures, portant le bilan global à 29.933 morts en France depuis début mars. 7.594 sont toujours prises en charge dans les établissements hospitaliers français dont 538 en réanimation.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV