BFMTV

Coronavirus: pour le professeur Didier Raoult, "l'épidémie est en train de disparaître"

Le professeur Didier Raoult dans son bureau à l'IHU de Marseille.

Le professeur Didier Raoult dans son bureau à l'IHU de Marseille. - Capture d'écran Youtube

Dans une nouvelle vidéo Youtube, l'infectiologue, fervent défenseur de la chloroquine en tant que traitement contre le Covid-19, estime que l'épidémie de coronavirus était "sur le point de disparaître".

Le professeur Didier Raoult, infectiologue de l'IHU Méditerranée Infection, a considéré ce mardi que l'épidémie de coronavirus était "en train de disparaître". Dans une nouvelle vidéo publiée sur sa chaîne Youtube, il évoque tout d'abord le cas de la ville de Marseille, avant d'affirmer de manière plus générale qu'il n'y a "plus de dynamique épidémique".

"Nous, ici, à Marseille, on voit qu'elle (l'épidémie) est en train de disparaître avec hier un seul cas détecté, malgré le fait qu'on ait testé 1200 personnes. Donc on voit bien que les choses sont en train de s'arrêter", affirme l'infectiologue face caméra, depuis son bureau de la cité phocéenne.

"Tout ça ne traduit plus une dynamique épidémique"

Pour les morts, en revanche, "ce sera un peu plus long", affirme encore Didier Raoult, "parce que malheureusement il restera quelques morts qui vont survenir, et qui sont maintenant en réanimation".

"Mais on voit que cet épisode-là est en train de se résoudre, et qu'il n'y a nulle part de deuxième vague", poursuit le médecin, dont le traitement contre le coronavirus à base d'hydroxychloroquine divise le monde médical. "C'est la courbe banale, il y aura quelques cas sporadiques qui apparaîtront ici ou là. Eventuellement quelques cas autour d'une personne si elle est très contagieuse. Mais tout ça ne traduit plus une dynamique épidémique. L'épidémie est en train de se terminer".

Le directeur de l'IHU Méditerranée Infection ne croit pas à une deuxième vague de l'épidémie de coronavirus. "L'histoire de rebond, c'est une fantaisie", disait-il déjà il y a quelques semaines, dans une autres vidéo de sa chaîne YouTube.

Jeanne Bulant