BFMTV

Coronavirus: où en est la recherche sur le vaccin?

Neuf candidats vaccins sont en évaluation de phase 3, celle qui précédant la mise sur le marché. D'autres, comme celui de Sanofi, en sont encore à la phase 2.

À en croire Donald Trump, "nous sommes très proches d'un vaccin". Le président américain a même estimé ce mardi qu'il pourrait arriver d'ici "trois semaines, quatre semaines". Cette annonce a été jugée optimiste par le directeur de l'Institut américain des maladies infectieuses Anthony Fauci, qui penche plutôt sur une homologation à la fin de l'année.

Fin août, la Russie a également annoncé avoir produit un premier vaccin "assez efficace" contre le coronavirus. Mais des incohérences ont été relevées depuis. Qu'en est-il rééllement? Stéphane Paul, membre du comité vaccin Covid-19, un groupe de scientifiques mis en place par le gouvernement, a fait le point ce mercredi sur BFMTV sur l'avancée des recherches.

De premiers résultats en novembre?

Sur l'ensemble des essais, "neuf candidats vaccins sont en évaluation de phase 3", qui est la phase précédant la mise sur le marché, rappelle Stéphane Paul. "On espère avoir les premiers résultats pour quatre de ces vaccins, probablement au mois de novembre pour des essais d'efficacité," précise Stéphane Paul.

Cette phase 3 consiste à "dénombrer les cas de coronavirus dans les différents bras des essais vaccinaux, puis à évaluer si le bras vacciné comporte beaucoup moins de cas de coronavirus que le bras placebo".

Chaque essai comporte environ 30.000 volontaires. Donc environ 150.000 à 200.000 personnes sont vaccinées actuellement avec ces prototypes de vaccin, estime le sépcialiste.

Si les données préliminaires sont satisfaisantes, elles pourraient "permettre un enregistrement accéléré" de ces vaccins, pour une "utilisation d'urgence" à destination en priorité de certaines population, par exemple les personnes âgées et le personnel soignant, en première ligne face au Covid-19.

Définir le "bénéfice-risque"

Cette phase 3 est primordiale, note Alain Ducardonnet, consultant santé de BFMTV, car c'est à ce moment que l'on définit le "bénéfice-risque" d'un vaccin. Il s'agit de "voir si au long cours, il y a éventuellement des effets secondaires (...) un élément important pour l'adhésion de la population et faire accepter une vaccination", souligne-t-il.

D'autres essais, comme celui de Sanofi, en sont encore à la phase 2, soit le début des essais sur un petit nombre de personnes. "On sera en capacité de fournir (les doses du vaccin) probablement à mi-année 2021", a estimé ce lundi Olivier Bogillot, président de Sanofi France, dans le Grand Journal de l'Éco de BFM Business.

"Beaucoup de gens nous poussent à aller très très vite, mais on ne peut pas transiger avec la qualité et la sécurité des vaccins", avait-il ajouté.

Au total, plus de 30 vaccins potentiels sont actuellement testés sur des humains à travers le monde, dans l'espoir de mettre, enfin, fin à la pandémie.

Esther Paolini Journaliste BFMTV