BFMTV

Coronavirus: les Samu de Lille et Amiens renforcent celui de l'Oise

Test de dépistage du coronavirus

Test de dépistage du coronavirus - MARIJAN MURAT / DPA / AFP

Avec 64 cas avérés de contamination, l'Oise constitue le principal foyer de propagation du virus en France.

Les Samu de Lille et d'Amiens "récupèrent" depuis ce mardi matin "les appels liés au coronavirus" reçus par le Samu de Beauvais, "en grande difficulté" face au nombre de personnes inquiètes au cœur de ce foyer de contagion de l'Oise, a indiqué le chef du pôle urgences de Lille.

Avec 64 cas avérés de contamination, l'Oise constitue le principal foyer de propagation du virus en France.

Gérant notamment neuf communes identifiées par les autorités comme des "clusters" (foyers épidémiques), le Samu de Beauvais est depuis plusieurs jours "débordé d'appels" de personnes qui ont développé des symptômes d'infection respiratoires, "ou veulent être rassurées", a expliqué Patrick Goldstein, responsable médical du pôle urgence du CHRU de Lille, lors d'une conférence de presse.

"Un renfort"

Chargé de "coordonner le dispositif régional", l'hôpital de Lille a donc organisé "un renfort avec le Samu d'Amiens, plusieurs équipes de SMUR (service mobile d'urgence et de réanimation) du nord de l'Île-de-France, et des médecins régulateurs parisiens envoyés à Beauvais", a-t-il indiqué.

"Depuis ce matin, nous récupérons avec Amiens tous les appels liés au coronavirus, pour permettre à nos collègues de respirer", a-t-il dit.

Par ailleurs, "nous allons chercher dans l'Oise des patients nécessitant d'être hospitalisés dans des services spécialisés", venus notamment de Creil, Senlis ou Compiègne.

"Huit cas confirmés hospitalisés à Lille"

Selon la direction, une dizaine de patients étaient hospitalisés mardi à Lille, dont "8 cas confirmés" de coronavirus, mais "aucun cas de transmission" n'a été recensé dans le Nord Pas-de-Calais.

À Lille aussi, "le nombre d'appels très important" a contraint les équipes à "se réorganiser". Lundi, plus de 3.000 dossiers de régulation médicale ont été ouverts soit "près de 2,5 fois plus qu'habituellement". Des "cellules spécifiques 'coronavirus'" ont donc été ouvertes, "avec le concours d'étudiants en médecine et d'internes" formés dans la nuit, a précisé l'urgentiste.

"On ne doit appeler le SAMU que si on est malade, qu'on a 38 de température, un syndrome grippal, une infection respiratoire et surtout qu'on revient d'une zone à risque (..) Sinon, on s'adresse à son médecin traitant", a-t-il rappelé, regrettant "beaucoup de craintes irrationnelles".

Des lits dédiés au Covid-19

"Si l'épidémie de coronavirus vient après l'épidémie de grippe, elle sera bien gérée. Est-ce qu'elle est dramatique ? Non. Est-ce-qu'elle va tuer plus de monde ? Non", a-t-il tranché.

À Lille, les "cas possibles" peuvent désormais être pris via des "circuits séparés", "pour une majorité en ambulatoire". Ceux qui le nécessitent sont hospitalisés dans le service des maladies infectieuses, voire en réanimation, ou des lits ont été "dédiés" au Covid-19.

coronavirus.jpg
coronavirus.jpg © -
F.B. avec AFP