BFMTV

Coronavirus: les animaux domestiques ne jouent pas de rôle dans la transmission

Il n'existe aucune preuve scientifique sur une transmission animal-Homme.

Il n'existe aucune preuve scientifique sur une transmission animal-Homme. - AFP

Les résultats d'analyses actualisées indiquent que les animaux domestiques n'ont pas de rôle dans la transmission du coronavirus, selon l'Anses. La consommation d'aliment infecté par le virus ne serait pas non plus cause de contamination.

Deux chiens à Hong-Kong, un chat en Belgique, un tigre au zoo de New-York, les exemples de contamination des animaux au coronavirus ont posé la question de leur rôle dans la transmission et la propagation du virus. Au point que certains propriétaires utilisaient de l'eau de javel ou d'autres produits irritants pour nettoyer leurs animaux de compagnie. Des études sont depuis menées et selon un avis, actualisé à ce jour, de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), les animaux domestiques n'ont pas d'impact dans la diffusion du Covid-19.

"En conclusion, dans le contexte actuel et au vu des informations disponibles, il n'existe actuellement aucune preuve que les animaux domestiques (animaux d’élevage et de compagnie) jouent un rôle épidémiologique dans la diffusion du SARS-CoV-2 (...) Cette diffusion étant le résultat d'une transmission interhumaine efficace par voie respiratoire", écrit l’Anses.

Des cas "rares" de contamination animale

Le groupe d’expertise collectif d’urgence, constitué pour livrer ces conclusions, s'est appuyé à la fois sur les cas connus d'animaux testés positifs au Covid-19. De "rares cas" rapportés, "sporadiques et isolés au regard de la forte circulation du virus chez l'Homme et de l'ampleur de la pandémie" soulignent les experts.

"Les cas investigués sont en faveur d’une transmission de l’Homme vers l’animal", précise encore l'Anses dans son avis. 

Les experts s'appuient également sur des expériences menées depuis le début de l'épidémie. Selon une étude chinoise, les chiens sont peu "réceptifs au virus", tout comme les porcs et les canards. Les chats seraient eux un cible pour le Covid-19, notamment les animaux les plus jeunes. "Il n’existe actuellement aucune preuve scientifique quant à la transmission du SARS-CoV-2 d’un animal domestique infecté à l’Homme", insiste l'Anses dans son avis.

Il est toutefois conseillé de mettre en place des "mesures d'hygiène de base" après tout contact avec leur animal domestique ou avec ses aliments ou sa litière comme le lavage des mains. Afin d'éviter toute contamination Homme-animal, l'Anses recommande aux personnes atteintes du Covid-19 de limiter les contacts avec son animal de compagnie, "à savoir l’application des mesures barrières et de distanciation dans ce contexte d’épidémie".

La consommation d'aliments infectés en question

L'Anses s'est également interrogée sur une possible contamination au Covid-19 par un aliment infecté par le virus. Les experts rappellent la nécessité de règles d'hygiène de base avec lavage des mains, nettoyage des surfaces ou encore séparation des aliments crus et cuits. Les personnes contaminées sont invitées par ailleurs à ne pas manipuler les aliments. Concernant les aliments cuits, "la cuisson (4 minutes à 63°C) pourrait être considérée comme efficace pour inactiver les coronavirus dans les aliments", écrit l'agence sanitaire.

La contamination par le Covid-19 en ingérant un aliment cru ou insuffisamment cuit porteur du virus semble également écartée par les analyses.

"Au vu de ces éléments, la voie de transmission du SARS-CoV-2 par voie digestive directe a été écartée par les experts du GECU, dans l’état des connaissances à ce jour", conclut l'Anses.
Justine Chevalier