BFMTV

Coronavirus: en première ligne, infirmières et médecins dénoncent le manque de matériel

Médecin généraliste

Médecin généraliste - Loic VENANCE / AFP

Les médecins, hospitaliers ou cliniciens, les infirmières des CHU ou leurs consœurs libérales luttent d'arrache-pied contre la diffusion du coronavirus. Mais tous s'alarment du manque de moyens et de masques.

Si les pouvoirs publics répètent que les gestes-barrières, comme se laver les mains, constituent la meilleure protection, le contact rapproché et constant avec des personnes infectées par le coronavirus nécessite l'emploi de matériels spécifiques, dont bien sûr des masques. Ceux-ci apparaissent comme les boucliers dans la guerre sanitaire en cours. Aussi, le personnel soignant a-t-il un besoin criant de ces accessoires.

La Direction générale de la Santé a annoncé mercredi que 25 millions de masques étaient en cours d'envoi, tandis que le ministère des Armées a signalé qu'il mettait à disposition cinq millions de masques chirurgicaux pris sur les stocks des troupes. Enfin, la Chine a décidé d'acheminer un million de masques vers notre pays. 

Le scepticisme des médecins 

Sauf que les soignants restent sceptiques. Sur RMC ce jeudi matin, Bernard Huynh, président du syndicat des médecins de France, a expliqué:

"Il y a des tas d’hôpitaux où les masques sont rationnés donc dire un million de masques arrivent ça ne veut rien dire. On donne aux soignants un masque chirurgical par jour alors qu’on sait très bien que ça dure une heure, deux heures. Il y a une énorme distance entre la vérité de terrain et la théorie qui dit : 'On distribue des masques qui vont arriver, il y en a des millions'. C’est pas vrai."

Il faudrait 15 millions de masques par jour 

Il faut dire que si on s'en tient aux règles, stipulant qu'un masque n'est efficace que quelques heures, et pas plus de trois heures grand maximum, cette débauche annoncée d'une trentaine de millions devrait s'épuiser bien vite. Lamine Gharbi, président de la Fédération de l'hospitalisation privée, a précisé sur BFMTV ce jeudi:

"Savez-vous combien il faut de masques uniquement pour protéger les soignants chaque jour? Nous sommes trois millions de soignants, il faut cinq masques par jour et par soignant. Il nous faut 15 millions de masques par jour pour pouvoir uniquement se protéger. Et je ne compte ni les forces de sécurité, de l’ordre, nos concitoyens, ni la protection des patients."

"Ça fait deux mois que nous sommes en demande de masques", a-t-il repris. "Il nous faut des masques, des solutions hydroalcooliques, il nous faut des tenues et on ne les a pas", a encore déploré Lamine Gharbi.

Les infirmières laissées pour compte 

Les infirmières libérales connaissent les mêmes difficultés, comme Audrey Tasso, qui exerce en Corse du côté d'Ajaccio et se retrouve à porter le même masque toute la journée.

"Actuellement, je n’ai plus de gel hydroalcoolique dont je me sers quand il n’y a pas de point d’eau à proximité. J’ai un nombre de masques relativement restreint", a-t-elle expliqué au micro de BFMTV. Une de ses collègues a exprimé le sentiment d'être laissée pour compte: "Les libéraux, c’est vraiment en mode démerde. Je comprends qu’on privilégie l’hôpital. Mais nous on est aussi là en prévention."

Robin Verner