BFMTV

Coronavirus: faut-il s'inquiéter des rassemblements lors de la Fête de la musique?

Pour Christophe Rapp, médecin consultant pour BFMTV, les rassemblements observés dimanche soir dans les rues de la capitale représentent un risque sanitaire non négligeable.

Des rues bondées avec des centaines de personnes rassemblées sans aucun respect des gestes barrières. Les images de la Fête de la musique à Paris ce dimanche interrogent alors que les rassemblements de plus de 10 personnes sont toujours interdits dans l'espace public. "Quand on est soignant et qu'on a eu 30.000 morts en France, on ne peut pas accepter de voir ce genre de choses", estime Christophe Rapp, médecin consultant pour BFMTV.

"Autoriser la fête de la musique était sanitairement une erreur", a même estimé sur Twitter Gilbert Deray, médecin-chef à la Pitié-Salpêtrière, à Paris. "Demander aux participants de respecter les gestes barrières était un exercice de style. Maintenir l’ordre était impossible." "A partir du moment où on avait autorisé la Fête de la musique, on pouvait s'attendre à de tels rassemblements et à de tels débordements", abonde Jean-Paul Hamon, médecin généraliste et président de la Fédération des médecins de France.

"On comprend les besoins de la population de se détendre mais les distances ne sont pas respectées, il n'y a pas de masque, on est typiquement dans la prise de risque qui n'est pas préconisée en période de crise sanitaire", juge Christophe Rapp.

Un test grandeur nature

"C'est pour cela que les rassemblements dans les stades sont encadrés, que les congrès et salons sont décalés de plusieurs mois", souligne ce médecin qui rappelle que le virus circule toujours en France et que seuls 10 % de la population au maximum a contracté le virus. "Cela veut dire que 9 Français sur 10 sont naïfs au plan immunologique", indique Christophe Rapp.

Le risque: que de nombreuses personnes aient été contaminées ce dimanche soir, alors que les personnes jeunes sont d'après les statistiques le plus souvent asymptomatiques. "Nous observons les résultats dans 10 jours dans les hôpitaux parisiens pour voir si un cluster s'est développé à la suite de la Fête de la musique", avertit le médecin. "C'était un bêta-test grandeur nature", estime également sur notre antenne Jérôme Marty, président de l'Union française pour une médecine libre, qui rapelle que "le relâchement des uns induit un risque pour les autres".

"Il faut rester prudents. On voit qu'en Allemagne, le virus redémarre. Je regrette que le gouvernement n'ait pas saisi l'occasion de la Fête de la musique de pousser les gens à télécharger l'application StopCovid qui aurait permis de tracer d'éventuels redémarrages", conclut Jean-Paul Hamon qui se dit certain que l'épidémie va repartir à l'automne.
Mélanie Rostagnat Journaliste BFMTV