BFMTV

Coronavirus: comment sont comptabilisées les victimes du Covid-19 en France?

Actuellement amputés des chiffres des Ehpad, les bilans quotidiens devraient, grâce à la création d'une nouvelle application de comptage, devenir plus précis dans les jours à venir.

C'est désormais devenu un rendez-vous quotidien dont les Français se seraient bien passés. Chaque jour, en début de soirée, par l'intermédiaire du ministre de la Santé Olivier Véran, ou plus souvent du Directeur général de la Santé Jérôme Salomon, un bilan des morts dues au Covid-19 est communiqué. Selon le dernier en date, la France recensait ce mercredi 25.233 cas confirmés sur son territoire, pour un total de 1331 morts. 

SI-VIC et SépiDC

Pour en arriver à ces chiffres, l'administration s'appuie sur trois outils différents. Le premier concerne les morts survenues au sein des hôpitaux, qui sont consignées via un outil, SI-VIC, activé spécifiquement dans le cadre de cette épidémie de nouveau coronavirus. Ainsi, les établissements concernés par des morts en leur sein sont tenus de les reporter par ce biais, quotidiennement. 

Cependant, dans une enquête, France Inter estime que ce logiciel reste peu fiable et prend l'exemple du bilan de la région Centre-Val de Loire, passé de deux à un mort entre les 23 et 24 mars derniers. La mort avait été reliée au Covid-19 alors qu'elle n'aurait pas dû l'être.

Dans un second temps, les bilans quotidiens s'appuient également sur les morts liées au Covid-19 certifiées électroniquement au travers d'une seconde application, CépiDC, mise en place par l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale).

Si cette option ne donne qu'une vue partielle des victimes, elle permet toutefois d'avoir accès à la cause de la mort, ainsi qu'à des caractéristiques socio-démographiques et médicales des personnes concernées. 

Les Ehpad bientôt comptabilisés 

Puis, vient le cas des Ehpad et autres collectivités de personnes âgées. À l'heure actuelle, les morts au sein de ces établissements ne sont pas prises en compte dans les bilans du gouvernement, bien que la situation y soit, dans certains cas, dramatique. Entre 100 et 150 Ehpad d'Ile-de-France seraient déjà touchés par l'épidémie de coronavirus, a estimé mercredi le président de la Fédération hospitalière de France (FHF), et des dizaines de morts y sont déjà comptabilisées sur l'ensemble du territoire. 

Pour palier à ce manque, l'administration travaille, sur le modèle du SI-VIC, à une autre application permettant le suivi quotidien de la mortalité dans les Ehpad et autres établissements médico-sociaux qui auraient au moins signalé un cas positif de Covid-19.

Cette nouvelle application devrait être disponible dans les jours à venir. À partir de là, les bilans quotidiens compileront les morts survenues en milieu hospitalier puis dans ces établissements, et permettront ainsi de couvrir les deux principaux lieux de mortalité liée au Covid-19 en France.

À l'heure actuelle, les disparitions dans d'autres institutions ou à domicile restent en effet marginales.

La surveillance de Santé publique France

Afin d'affiner ses estimation quotidiennes, le gouvernement peut également s'appuyer sur une surveillance de la mortalité toutes causes, mise en place par l'agence Santé publique France. 

Cette dernière s'appuie sur les déclarations de décès transmises à l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (Insee) qui permet, en comparaison avec les données historiques, de détecter un excès de mortalité et, le cas échéant, d’en estimer l’ampleur.

Les circuits de transmission de ces données, liés essentiellement au délai de déclaration du décès et de saisie des informations par le bureau de l’état-civil nécessite d’attendre au moins deux semaines pour estimer l’excès de mortalité survenu une semaine donnée.

Cette source de données permet d’estimer, au niveau national, régional et départemental, l’excès de mortalité induit par le SARS-CoV-2, quel que soit le lieu du décès.

Caroline Dieudonné avec Hugo Septier