BFMTV

Coronavirus: à Carry-le-Rouet, la quarantaine des premiers rapatriés de Wuhan touche à sa fin

BFMTV

Les premières personnes rapatriées de Chine vont pouvoir sortir du centre de vacances de Carry-le-Rouet, où elles ont été placées à l'isolement. Aucune n'a été contaminée par le coronavirus.

Après 14 jours d'isolement dans un centre de vacances de Carry-le-Rouet, dans les Bouches-du-Rhône, les 181 premières personnes rapatriées de Wuhan doivent sortir ce vendredi. Aucune contamination au nouveau coronavirus n'est à déplorer parmi elles, d'après les autorités. Elles avaient été placées en quarantaine après avoir quitté l'épicentre de l'épidémie à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

La journée de ce jeudi est consacrée aux valises, qui doivent être bouclées dans la soirée pour permettre les premiers départs tôt vendredi matin. Ils peuvent organiser leur départ par leurs propres moyens, par exemple si des proches viennent les chercher, ou utiliser les navettes mises à disposition pour rejoindre gare ou aéroport.

À l'approche du départ, de nombreuses personnes jonglaient entre les horaires d'avions et de trains, tandis que certaines n'avaient encore pas d'idée très précise de ce qu'ils allaient faire une fois dehors, a constaté un des trois journalistes de l'AFP en quarantaine dans le centre, où le port du masque est obligatoire dans les parties communes.

157 personnes resteront en quarantaine

276 personnes ont été confinées à Carry-le-Rouet. Les premières à sortir, en grande majorité des Français, avaient atterri le 31 janvier à l'aéroport militaire d'Istres, avant d'être transférés en bus jusqu'à ce centre de vacances de la Côte Bleue, à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Marseille.

Après leur départ, 157 autres personnes resteront en quarantaine: 44 à Carry-le-Rouet et 113 à Aix-en-Provence, dans les locaux de l'École nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers (Ensosp).

Une partie est arrivée à bord d'un deuxième vol, le 2 février, et leur mise au confinement doit se terminer ce dimanche. Les 35 personnes qui sont arrivées à bord d'un troisième vol, le 9 février, via Londres, devront a priori patienter jusqu'au 23 février.

60.000 cas confirmés en Chine

L'adoption par les autorités d'une nouvelle définition des cas d'infection a fait bondir ce jeudi le bilan humain de l'épidémie en Chine, à près de 60.000 cas confirmés et au moins 1.355 morts. En dehors de la Chine, y compris dans les régions autonomes de Macao et de Hong Kong, près de 500 cas de contamination et deux morts ont été confirmés dans une trentaine de pays et territoires.

C. S. avec AFP