BFM Eco

Bruno Le Maire: "Le coronavirus aura un impact de 0,1% de croissance en moins en 2020 pour la France"

Invité sur l'antenne de BFMTV et de RMC, le ministre de l'Économie et des finances a estimé que l'épidémie de coronavirus abaissera cette année de 1% la croissance en Chine avec un impact négatif de 0,1% en France.

L'épidémie mondiale de coronavirus aura "évidemment un impact réel sur la croissance mondiale et sur l'économie française" a estimé Bruno Le Maire sur les antennes de BFMTV et de RMC.

"Si on estime que le pic est atteint ou près d'être atteint, notre évaluation est que l'impact sera de l'ordre d'un point de croissance en moins sur l'année pour la Chine. Ce qui voudra dire 0,2% de croissance en moins au niveau mondial, et 0,1% de croissance en moins pour la France. C'est un impact réel" a affirmé le ministre de l'Économie et des finances. "Si l'épidémie devrait prendre une plus grande ampleur, bien entendu que cet impact sera plus important" a averti Bruno Le Maire.

"La Chine représente 20% de la richesse mondiale"

"En 2003, lorsqu'il y a eu l'épidémie de SRAS, la Chine représentait 8% de la richesse mondiale produite. Aujourd'hui elle en représente près de 20%. Il y a plein d'industries dont la chaîne de valeur dépend de la Chine comme l'industrie automobile. Quand vous voulez vous fournir en câblage, en pédales de freins, vous vous adressez à des entreprises qui sont en Chine. Le fait que l'économie chinoise tourne au ralenti pose des problèmes sur beaucoup de chaînes de valeur dans nombre de secteurs industriels" a-t-il complété.

"Si l'épidémie devrait prendre une plus grande ampleur, bien entendu que cet impact sera plus important", a averti Bruno Le Maire.

"En 2003, lorsqu'il y a eu l'épidémie de SRAS, la Chine représentait 8% de la richesse mondiale produite. Aujourd'hui elle en représente près de 20%. Il y a plein d'industries dont la chaîne de valeur dépend de la Chine comme l'industrie automobile. Le fait que l'économie chinoise tourne au ralenti pose des problèmes sur beaucoup de chaîne de valeur dans beaucoup de secteurs industriels" a-t-il complété.

Questionné à propos d'une possible discrimination dont pourrait pâtir le Chinois Huawei dans les réseaux 5G en France, Bruno Le Maire a affirmé qu'il était normal que "l'État français prennent des précautions pour garantir nos intérêts de souveraineté. Cela ne veut pas dire qu'il y ait discrimination. Tout le monde fait la même chose."

"Huawei ne sera pas écarté de la 5G"

"Quand vous avez un site critique comme une centrale nucléaire, une installation militaire, il est normal que nous les protégions. Huawei pourra continuer en France et ne sera pas écarté de la 5G mais nous mettrons un certain nombre de restrictions pour protéger nos intérêts de souveraineté" a conclu le ministre de l'économie, qui s'est "favorable par principe" à la préférence européenne pour le choix d'équipementiers 5G en France tout en démentant à nouveau toute discrimination à l'égard de Huawei.

Frédéric Bergé