BFMTV

Covid-19: ce qu'ont ressenti les premiers patients qui ont testé le vaccin Moderna

Le siège de la biotech Moderna, à Cambridge, dans le Massachusetts, aux Etats-Unis le 18 mai 2020

Le siège de la biotech Moderna, à Cambridge, dans le Massachusetts, aux Etats-Unis le 18 mai 2020 - Joseph Prezioso © 2019 AFP

La start-up américaine Moderna va se lancer dans la phase 3 de ses essais cliniques pour un vaccin contre le Covid-19. Parmi les 45 volontaires qui ont participé aux premières étapes de l'étude, aucun n'a ressenti d'effets secondaires importants.

Le 27 juillet, la start-up américaine Moderna entrera dans la phase finale de ses essais cliniques dans le cadre du développement d'un vaccin contre le Covid-19, a-t-elle annoncé mardi.

Cette annonce est intervenue au moment où étaient publiés les résultats de la première phase de l'essai de Moderna, qui visait à vérifier que le vaccin était sûr et qu'il déclenchait bien la production d'anticorps dans les organismes traités.

"Je me sens bien"

Quarante-cinq adultes en bonne santé ont été volontaires pour faire partie de la phase 1 des essais cliniques. Parmi eux, Neal Browning, originaire de la ville de Bothell, dans la banlieue de Seattle, qui a témoigné auprès de la chaîne de télévision locale KIRO 7 News.

"Je me sens bien. J'ai juste eu un petit symptôme, qui était, pour être honnête, attendu après une vaccination. Tous les matins, le bras qui recevait la dose de l'essai clinique était légèrement douloureux. Mais quand même moins douloureux que lorsque je reçois un vaccin antigrippal", a-t-il raconté.

Jennifer Haller, originaire de Ballard, également dans la banlieue de Seattle, a assuré à KOMO News, une autre chaîne de télévision locale de la ville, qu'elle se sentait "fantastique", 16 semaines après avoir pris la première dose de l'essai clinique.

30.000 volontaires pour la phase 3

Selon l'agence de presse américaine Reuters, aucun des volontaires n'a ressenti d'effets secondaires importants, toutefois plus de la moitié d'entre eux a fait état de fatigue, maux de tête, frissons ou encore douleurs musculaires. Des réactions davantage susceptibles de se produire après injection de la seconde dose et chez les personnes ayant reçu une dose plus importante. Déterminante, la phase 3 de l'essai, qui sera donc lancée à la fin du mois, fera appel à 30.000 personnes aux Etats-Unis: la moitié d'entre elles recevront une dose de 100 microgrammes, les autres un placebo.

L'étude devrait durer jusqu'au 27 octobre 2022, mais des résultats préliminaires devraient être communiqués bien avant cette date.

Clément Boutin Journaliste BFMTV