BFMTV

Bronchiolite: la Société française de pédiatrie appelle à limiter les contacts des bébés avec les adultes

Un kinésithérapeute effectue, le 3 novembre 2003, un massage respiratoire sur un bébé de 9 mois atteint par la bronchiolite. (PHOTO D'ILLUSTRATION)

Un kinésithérapeute effectue, le 3 novembre 2003, un massage respiratoire sur un bébé de 9 mois atteint par la bronchiolite. (PHOTO D'ILLUSTRATION) - Mychele Daniau / AFP

Alors que l'épidémie de bronchiolite se répand en France, la présidente de la Société française de pédiatrie conseille d'éviter d'exposer les enfants de moins de deux mois à de nombreuses personnes.

Les autorités sanitaires alertent: l'épidémie de bronchiolite touche déjà 11 des 13 régions de France métropolitaine, et les deux dernières, Bretagne et Corse, devraient bientôt les rejoindre. Elle pourrait être très forte cette année, après une année blanche due au Covid-19.

Invitée sur Franceinfo ce jeudi, la présidente de la Société française de pédiatrie Christèle Gras-Le Guen conseille de "limiter les visites au cercle des adultes très proches, non malades". Par ailleurs, si les parents présentent des symptômes d'une maladie hivernale, elle leur conseille le port du masque.

Éviter les lieux fréquentés

Tout comme les grandes réunions de famille, la cheffe du service des urgences pédiatriques du CHU de Nantes déconseille d'emmener son enfant de moins de deux mois dans des lieux "où les virus circulent beaucoup", comme les supermarchés ou les transports en commun.

La recommandation concerne particulièrement les bébés de moins de deux mois. En effet, c'est à cette période que les enfants contractent "des formes graves de la maladie", précise Christèle Gras-Le Guen.

"En cas d’apparition des premiers symptômes de bronchiolite qui sont la toux, la fièvre, l’obstruction du nez et parfois une gêne respiratoire, seuls les enfants de moins de 2 mois doivent consulter aux urgences car il est plus souvent recommandé de les hospitaliser quelques heures ou quelques jours pour surveillance et traitement des symptômes", précise la Société française de pédiatrie sur son site.

Les urgences étant surchargées, les autres enfants (en particulier quand les symptômes sont de faible gravité) doivent être pris en charge par leur médecin généraliste ou leur pédiatre.

Fractionner les repas de l'enfant

Dans un communiqué, l'association prodigue de nombreux conseils. En plus de limiter les contacts sociaux avant 2 mois, elle encourage les parents à "se laver les mains avant et après la manipulation du bébé", à "éviter l'entrée en collectivité avant 3 mois", comme en crèche par exemple, à respecter les calendriers de vaccination ou encore à isoler l'enfant de sa fratrie si les autres enfants sont malades.

La Société française de pédiatrie précise que la "kinésithérapie respiratoire n’est pas recommandée par la HAS depuis 2019, les bronchodilatateurs et les corticoïdes sont sans effet et les antitussifs contre-indiqués". Elle recommande cependant de fractionner les repas et de désobstruer le nez.

Diane Regny