BFMTV

Drogues au travail: former pour aider les salariés à décrocher

La plateforme de e learning de GAE Conseil propose un simulateur d'alcoolémie qui montre la vision altérée en fonction du nombre de verres ingurgité.

La plateforme de e learning de GAE Conseil propose un simulateur d'alcoolémie qui montre la vision altérée en fonction du nombre de verres ingurgité. - Sesla Houi - CC - Flickr

Le sujet des drogues au travail est tabou. Pourtant, les managers peuvent aider leurs équipes à lutter contre les addictions: un programme de e learning vise à les sensibiliser.

Novembre, c'est le mois sans tabac. Par ce défi collectif, Tabac info service espère motiver les fumeurs à arrêter, alors que l'augmentation du prix du paquet de cigarettes de 20% à partir de mars a été votée par l'Assemblée nationale le 26 octobre, pour atteindre le tarif de 10 euros d'ici à la fin 2020.

>> Lire aussi: Le plan de bataille pour arrêter de fumer au travail

Et l'employeur peut aussi aider à couper avec les addictions.

>> Lire aussi: L'entreprise, allié pour arrêter de fumer

Formation à distance

Sauf que le sujet est tabou… Il n'est pas rentable d'engager un formateur pour un seul encadrant et on ne lave pas son linge sale en public, alors les TPE-PME n'envoient pas leurs managers en formations interentreprises sur le sujet… Et ceux-ci restent démunis. Même dans les grandes structures, les cadres ont de moins en moins de temps pour se rendre en formation, entre deux réunions.

Partant de ces deux constats de terrain, GAE Conseil, cabinet expert des addictions en entreprise, a créé une plateforme de prévention contre les conduites addictives en milieu professionnel. Elle la lance ce 7 novembre. Derrière son écran, le manager fractionne la formation, qui dure 1h30 en tout. Il peut aussi poser ses questions à un addictologue via un chat pour savoir vers qui orienter un subordonné qui arrive tous les matins en sentant l'alcool...

Un conducteur de train à 3,34 grammes

D'ailleurs, la SNCF s'est dotée du programme de formation à distance… Après la goutte d'eau qui a fait déborder le vase: un conducteur ivre a oublié de s'arrêter en gare de Nevers (Nièvre), le 28 juin dernier. Il a été contrôlé à 3,34 grammes d'alcool par litre de sang.

"Beaucoup de managers n'ont pas conscience de leur responsabilité en laissant travailler un collaborateur sous l'emprise d'une drogue", prévient Alexis Peschard, addictologue et directeur associé de GAE Conseil. Même quand il leur assure qu'il est en pleine capacité d'exercer. La plateforme de e learning propose un simulateur d'alcoolémie. Il montre la vision altérée d'un chantier, open space ou autre environnement de travail, en fonction du nombre de verres ingurgités. 

Rozenn Le Saint