BFMTV

Autoriser le cannabis thérapeutique? L'Agence du médicament planche sur la question

-

- - Frederic J. BROWN / AFP

Selon ses défenseurs, le cannabis aurait pour vertu de soulager certaines douleurs invalidantes comme celles provoquées par la sclérose en plaques.

Certains malades pourront-ils bientôt consommer du cannabis à titre thérapeutique en France comme c'est déjà le cas dans 23 États américains par exemple? L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) vient en tout cas de créer un comité scientifique chargé d'évaluer d'ici à la fin de l'année la pertinence et la faisabilité d'un tel projet. 

Le comité va éplucher la littérature scientifique disponible mais aussi recueillir l'expérience de la trentaine d'autres pays qui autorisent déjà la consommation de chanvre à titre médical. L'objectif: évaluer de manière précise l'efficacité du cannabidiol, molécule active du cannabis, dans le traitement de certaines maladies. 

Infusions ou gélules 

On le sait peu mais, en France, les médicaments à base de cannabis peuvent déjà obtenir une autorisation de mise sur le marché (AMM) et ce, depuis 2013. Sauf que dans les faits, seul un médicament en a bénéficié: le Sativex, un spray prescrit aux personnes atteintes de sclérose en plaques pour soulager leurs douleurs. Il n'est à date toujours pas commercialisé en raison d'un désaccord sur son prix de vente.

Si le cannabis thérapeutique était autorisé, il devrait être administré via un vaporisateur, par voie orale dans une infusion ou bien sous la forme de gélules confectionnées directement avec la plante. La consommation de cannabis dans un joint devrait en revanche demeurer proscrite dans tous les cas, qu'elle soit à des fins récréatives ou thérapeutiques.

"Fumer du cannabis est nocif en raison de la combustion. Par ailleurs, la durée d'action est beaucoup plus courte", souligne Nathalie Richard, spécialiste des stupéfiants et des psychotropes à l'ANSM, citée par l'AFP. 

Sclérose en plaques ou cancer

Selon ses partisans, le cannabis médical, grâce à des propriétés antalgiques, permettrait de soulager les douleurs causées par certaines maladies comme la sclérose en plaques ainsi que d'atténuer les effets secondaires des chimiothérapies. Dans une tribune publiée en juillet, des élus LREM, PS et EELV appelaient à l'autorisation du cannabis médical, utile selon eux pour "la gestion de la douleur chronique, les troubles physiques provoqués par les chimiothérapies et les spasmes musculaires liés à la sclérose en plaques". 

Certains estiment également que la légalisation du cannabis thérapeutique aurait des retombées économiques positives, comme c'est le cas au Colorado, où elle a permis de créer des dizaines de milliers d'emplois. Des élus de la Creuse, département sinistré et producteur historique de chanvre, militent ainsi pour cette légalisation. 

"La ligne de crête permettant d'être rationnel"

En juin, Agnès Buzyn s'était exprimée sur le sujet, distinguant clairement cannabis récréatif et cannabis médical: 

"Soyons cohérents. On est contre l'usage de ces substances psychoactives, mais on peut avoir une exception thérapeutique quand il s'agit de soulager des gens pour lesquels nous n'avons pas de médicaments. Donc nous travaillons à trouver la fameuse ligne de crête permettant d'être dans le rationnel."

Claire Rodineau