BFMTV

"Zones de non-France", "terrorisme civil": le RN débat de "l'ensauvagement de la société"

Marine Le Pen à l'Assemblée nationale - Image d'illustration

Marine Le Pen à l'Assemblée nationale - Image d'illustration - Christophe Archambault - AFP

Plusieurs élus et représentants politiques ont participé à un colloque organisé par le part id'extrême-droite.

C'est dans les locaux de l'Assemblée nationale, dans un quartier bouclé en raison de la manifestation des "gilets jaunes", qu'un colloque était organisé ce samedi matin par le Rassemblement national.

Là, Marine Le Pen et plusieurs membres du parti d'extrême-droite ont débattu de "l'ensauvagement de la société" et du "terrorisme civil" qui s'applique dans les "zones de non-France", selon les termes de Marine Le Pen, qui appelle à une "restauration de l'Etat".

"Allons-nous de la délinquance à l'ensauvagement de la société ? C'est vrai que tout porte à le croire", a déclaré la présidente du RN en conclusion du rendez-vous. 

La loi "de la jungle où le plus cruel règne"

"Nous avons parlé de zones de non-droit. C'est un tort. Dans tous les endroits il s'applique une loi, en réalité. Mais ce n'est plus celle de la République, ce n'est plus celle de la France. C'est celle de la jungle où le plus cruel règne, c'est-à-dire, dans les cités, la loi des caïds, des mafias. Il serait plus juste de parler de zones de non-France", a-t-elle développé.

La député du Pas-de-Calais a également déclaré que "nous vivons une sorte de terrorisme civil que des individus imposent pour installer d'abord leurs économies parallèles, puis leur pouvoir mafieux, et parfois, parce qu'il y a des phénomènes d'hybridation, leur pouvoir religieux ou culturel."

Soutien matériel et moral aux forces de police

Pour une "restauration de l'Etat", elle prône "un soutien matériel et moral à nos forces de police, la réforme de l'ordonnance de 1945 qui ne pouvait prendre en compte la précocité des adolescents d'aujourd'hui, des moyens judiciaires et pénitentiaires accrus pour permettre l'exécution systématique des peines, une simplification de certaines procédures pénales pour une sanction plus rapide et donc mieux comprise, le retour des peines plancher, l'expulsion systématique des délinquants étrangers."

Sont notamment intervenus le criminologue Xavier Rauffer, le maire de Montfermeil (Seine-Saint-Denis) Xavier Lemoine (Parti chrétien-démocrate) ou encore le journaliste et essayiste Laurent Obertone.

Le RN présentera "dans les meilleurs délais" un "plan complet" ainsi que des propositions de loi, "non sans les avoir soumis à d'autres groupes de députés" en raison de "l'urgence", a indiqué Marine Le Pen.

Hugo Septier avec AFP