BFMTV

Xavier Bertrand se dit inspiré par de Gaulle, un chef à la "main ferme"

Le président de la région des Hauts-de-France, Xavier Bertrand

Le président de la région des Hauts-de-France, Xavier Bertrand - ERIC PIERMONT / AFP

Dans ce texte, Xavier Bertrand entend tirer les leçons de la bataille de Montcornet, dans l'Aisne, dont le 80e anniversaire est commémoré ce dimanche par Emmanuel Macron en sa présence.

Un chef d'Etat "doit mener son pays d'une main ferme sans se préoccuper de sa popularité", affirme Xavier Bertrand, le président des Hauts-de-France, dans une tribune en hommage au général de Gaulle publiée par le Journal du Dimanche.

Dans ce texte, Xavier Bertrand entend tirer les leçons de la bataille de Montcornet, dans l'Aisne, dont le 80e anniversaire est commémoré ce dimanche par Emmanuel Macron en sa présence. "Ce serait être piètre gaulliste de se contenter de révérer le passé sans essayer d'y lire les leçons que nous devons en tirer pour l'avenir", écrit l'ancien ministre ex-LR.

"Pour de Gaulle, un chef ne doit pas parler en permanence, à tort et à travers. Il doit mener son pays d'une main ferme sans se préoccuper de sa popularité et être capable d'assumer seul les bonnes décisions. Il ne doit pas avoir le besoin pathologique d'être aimé mais se doit tout entier à la France", souligne-t-il.

"Face à la menace, l'Etat n'était pas prêt"

Sans faire référence à l'actualité et à la crise du coronavirus, Xavier Bertrand dénonce l'impréparation de l'Etat français en 1940.

"Face à la menace, l'Etat n'était pas prêt. Il n'avait pas les équipements nécessaires: les avions manquaient. Pire, les gouvernements de passage avaient menti à la population crédule, leur laissant croire que la France attendait l'ennemi de pied ferme", regrette-t-il. "Lorsque le conflit éclata, nous avons pris les mauvaises décisions" et "le courage des hommes n'a pas suffi pour combattre l'ennemi", ajoute l'ex-ministre de la Santé, dont le nom est régulièrement évoqué pour représenter la droite à la présidentielle de 2022.

En présence de Xavier Bertrand et du ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, Emmanuel Macron se recueillera à 11H00 à Dizy-le-Gros devant un monument à la mémoire des combattants de la "Bataille de France", durant laquelle l'armée française échoua à faire échec à l'avancée de la Wehrmacht dans le nord et l'est de la France au printemps 1940. Ces combats firent près de 60.000 morts parmi les soldats français.

Puis, à La-Ville-aux-Bois-les-Dizy, Emmanuel Macron doit prononcer un discours pour saluer l'action et "l'esprit de résistance" de Charles de Gaulle qui lança le 17 mai 1940 la 4e division cuirassée pour tenter de freiner l'avancée rapide des Allemands.

Cy.C avec AFP