BFMTV

Valls: "Je serai Premier ministre jusqu'à la fin du quinquennat"

Manuel Valls, dimanche soir, au JT de 20 h de France 2.

Manuel Valls, dimanche soir, au JT de 20 h de France 2. - François Guillot - AFP

Invité de France 2 dimanche soir, Manuel Valls a commencé son opération de reconquête à gauche, en remettant l'accent sur l'égalité entre les Français. Il a également assuré qu'il resterait Premier ministre jusqu'à la fin du quinquennat.

Partir pour mieux préparer une éventuelle candidature en 2017? "Faux", a répondu dimanche soir le Premier ministre Manuel Valls, interrogé sur France 2. "Je serai Premier ministre jusqu'à la fin du quinquennat. C'est l'accord qui a été passé avec le Président de la République. Je ne suis pas un déserteur face aux difficultés du pays, comme le chômage que connaissent des millions de Français. J'irai jusqu'au bout, tant que j'ai le soutien du président et de la majorité, et que j'ai la capacité de réformer le pays."

Après avoir abordé un certain nombre de questions sur l'économie du pays, Manuel Valls est revenu sur ses relations avec François Hollande, au beau fixe selon lui. "Elles sont fondées sur la loyauté et la confiance. Nous nous parlons tous les jours, nous nous voyons régulièrement. Nous gouvernons ensemble ce pays."

"Je veux que les Français soient fiers" 

Le Premier ministre a estimé ensuite que la France traverse actuellement "un moment très particulier." "C'est sans doute un des quinquennats les plus importants pour l'avenir du pays. Soit la France fait le choix d'une forme de régression et de repli sur soi, ce que l'on sent déjà, pas seulement à travers les votes en faveur de l'extrême droite, mais aussi avec certains livres, comme celui d'Eric Zemmour, qui trace une France triste et rance... Soit on fait le choix de l'avenir, d'un pays ouvert vers le monde."

"Ma plus grande réussite, à la fin de ce quinquennat, c'est que les Français soient davantage fiers d'eux-mêmes", a poursuivi le chef du gouvernement.

Sivens et NDDL: "La plupart de ces projets aboutiront"

Manuel Valls est par ailleurs revenu sur les projets de réaménagement du territoire qui cristallisent actuellement des tensions, comme l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, ou encore le barrage de Sivens, où un opposant a été tué par une grenade des gendarmes. "La plupart de ces projets aboutiront", a commenté le Premier ministre, sans expliciter ceux qui n'aboutiront pas selon lui. Il a cependant regretté la "violence" des manifestants qui occupent ces lieux. "Face à ça, l'Etat et les élus doivent pouvoir assumer pleinement leur autorité. Ca n'est pas incompatible avec un débat public, mais pas au détriment de l'ordre républicain.

Enfin, le Premier ministre est revenu sur l'agression antisémite à Créteil. "C'est toute la société qui doit se mobiliser", a exhorté Manuel Valls, regrettant que la réaction des Français n'ait pas été plus forte. Selon lui, "on manque d'indignation dans notre société".

A. G.