BFMTV

Vallaud-Belkacem sur RMC : «On arrête de verser le salaire du ministre 6 mois après ses responsabilités»

Najat Vallaud Belkacem a annoncé ce mardi sur RMC et BFMTV ne série de mesures pour la moralisation de la vie politique.

Najat Vallaud Belkacem a annoncé ce mardi sur RMC et BFMTV ne série de mesures pour la moralisation de la vie politique. - -

Najat Vallaud-Belkacem était invitée ce mardi sur RMC et BFMTV. La ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement est revenu sur la série de mesures pour moraliser la vie politique et a annoncé, entre autres, une liste de métiers interdits aux parlementaires ou encore l'interdiction d'occuper certains postes dans le privé pour les ministres qui quittent leurs fonctions.

Ce mardi, Jean-Jacques Bourdin recevait Najat Vallaud-Belkacem sur RMC et BFMTV, la ministre des Droits des femmes. En tant que porte-parole du gouvernement, elle a précisé les mesures de moralisation de la vie politique, annonçant que les ministres ne toucheront plus leurs salaires pendant six mois après avoir quitté leurs fonctions, et ne pourront plus occuper certains postes dans le privé.

A propos du mariage pour tous, pour lequel le débat parlementaire va être accéléré :
8h55 - Najat Vallaud-Belkacem : « Il faut que le Parlement puisse prendre ses responsabilités. Le texte a été vu par l’Assemblée, il a été vu par le Sénat, j’estime qu’il faut en finir avec ce débat, ça a trop duré. En Grande-Bretagne, ça a pris une demi-journée de débats ! Et on n’a pas vu les dérapages inadmissibles qu’on a connus ici. Notre démocratie est suffisamment mature pour permettre d’accélérer ce débat ».

A propos des impôts en 2014 :
8h52 - Najat Vallaud-Belkacem : « Pour nous donner les marges de manœuvre, il faut poursuivre les efforts. On va continuer à faire des efforts en 2014, le 3% de déficit, il faudra l'atteindre, d'ailleurs plus excatement, notre objectif est de 2,9% »

En 2013, les efforts se sont répartis pour les deux tiers sur les prélèvements, et sur un tiers sur les économies. En 2014, nous voulons inverser les rapports. Les deux tiers des efforts porteront sur le budget de l’Etat. Il y aura des réformes structurelles, sur les aides aux entreprises, les retraites, les allocations familiales, tout comme l’augmentation de la TVA en 2014. Oui, il y aura des efforts, mais justement répartis ».

A propos de la « politique de rigueur budgétaire » :
8h49 - Najat Vallaud-Belkacem : « Nous faisons une politique de sérieux budgétaire, ça n’a rien à voir. Nous avons revu notre objectif de déficit car nous estimons qu’il ne faut pas rajouter des efforts aux efforts. Ce n’est pas l’Europe qui nous impose des choses. Il faut redresser les comptes publics, faire des efforts sur les dépenses de l’Etat ».

A propos de la déclaration de patrimoine des ministres et des mesures de déontologie :
8h45 - Najat Vallaud-Belkacem : « Ce n’est pas du voyeurisme. Dire ça, c’est porter un jugement sur les Français. Ils sont plus intelligents que ça, ils feront la part des choses, ils sauront distinguer ce qui relève du vice et de la vertu, du public et du privé. Les Français n’ont pas de curiosité mal placée, ils veulent être rassurés sur le fait que ce qui guide les élus, ce n’est pas la recherche de l’enrichissement. La déclaration de patrimoine, ce n’est qu’une photo. Ce qui importe, c’est le film ».

A propos des conflits d’intérêt pour les hommes politiques :
8h43 - Najat Vallaud-Belkacem : « Il est problématique pour un parlementaire d'être en même temps avocat d'affaires, et de pouvoir monnayer son carnet d'adresse. Il ne faut pas se mettre dans un système où on interdit par exemple à tous les avocats de faire de la politique, mais il faut établir une liste de métiers problématiques qui pourraient introduire le doute lorsqu’ils sont exercés en même temps que la fonction de parlementaire. Ce sera inscrit dans la loi, une liste de métiers interdits pour les parlementaires ».

8h42- Najat Vallaud-Belkacem : « Certaines mesures sont passées inaperçues. Nous avons prévues que les règles en terme de délit d’initié pour les hauts fonctionnaires s’appliquent aussi aux ministres : au terme de leurs responsabilités, il y a un certain nombre de fonctions dans le privé, à la tête d’entreprises, que les ministres ne pourront pas exercer, comme les hauts fonctionnaires. Nous allons mettre fin à la règle qui permet de verser le salaire des ministres six mois après la fin de ses responsabilités, ce qui était le cas jusqu’à présent. Des mesures sont aussi prévues pour les collaborateurs : ils devront transmettre leurs déclarations de patrimoine à la haute autorité de déontologie, ainsi que les personnalités nommées en Conseil des ministres comme les préfets, les ambassadeurs, etc. »

8h39 - Najat Vallaud-Belkacem : « La déclaration des patrimoines, c’est le premier pas. Il y a aussi la vérification des déclarations par une haute autorité, avec le pouvoir de saisir les services fiscaux et éventuellement la justice. Il y aussi la création d’un parquet consacré à la question de la fraude fiscale, du blanchiment d’argent, avec 50 magistrats, 50 enquêteurs, 50 administrateurs fiscaux ».

8h37 - Najat Vallaud-Belkacem : « Ceux qui, parmi les ministres, ont quelques biens payent leurs impôts, on a augmenté la pression fiscale sur les plus riches, donc sur eux aussi. C’est un moment important, un renouveau de notre vie politique. L'objectif du pacte, de ces mesures, c'est de recréer un lien de confiance avec les Français ».

8h36 - Najat Vallaud-Belkacem : « On peut être de gauche et riche, comme de droite et pauvre. La seule question qui se pose, c’est celle du rapport éthique à l’argent. La question, c’est comment cet argent a été acquis. Tout cela sera vérifié par la haute autorité de déontologie. L’autre question, c’est "il y a-t-il eu un enrichissement inexpliqué dû à des privilèges" ? ».

Retrouvez aussi toute l'émission Bourdin & Co de ce mardi matin.

Mathias Chaillot avec BFMTV