BFMTV

Universités: Hollande va revenir sur les coupes budgétaires

François Hollande, le 20 novembre 2014.

François Hollande, le 20 novembre 2014. - Bertrand Guay - AFP

Le président de la République doit annoncer, vendredi, le rétablissement des 70 millions d'euros amputés du budget des universités, lors du vote du projet de loi de finances 2015, en novembre, rapportent plusieurs médias.

François Hollande doit annonce vendredi, lors du dîner de la conférence des présidents d'universités, le rétablissement des 70 millions d'euros retirés du budget des universités, une baisse votée par les députés et prévue dans le projet de loi de finances 2015 voté le 18 novembre à l'Assemblée nationale, affirment Le Monde et Les Echos. Les annonces du chef de l'Etat auront lieux à l'occasion du dîner annuel de la Conférence des présidents d'université à l'Elysée, selon ces médias.

 "On a très bon espoir que les crédits soient rétablis", expliquait en fin de matinée l’entourage de la secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et la Recherche, Geneviève Fioraso, aux Echos.

Appels à manifester ce jeudi

Cette annonce interviendrait en tout cas le jour d'une grande mobilisation contre les coupes budgétaires dans l'enseignement supérieur et la recherche annoncées en novembre dernier. Le collectif "Sciences en marche" et des organisations syndicales ont en effet appelé à manifester jeudi à Paris, Toulouse, Lyon, Strasbourg, Lille et Le Havre. Les organisations appellent à manifester pour défendre l'emploi et les budgets alloués à l'enseignement supérieur et la recherche. Une première manifestation avait réuni 8.000 personnes à Paris mi-octobre. 

Ces organisations dénoncent tout particulièrement le coup de rabot de 136 millions d'euros sur les crédits de la recherche et de l'enseignement supérieur, dont 70 millions allant aux universités, adopté par l'Assemblée nationale en novembre sous la pression de Bercy. Le programme Formations supérieures et recherche universitaire est passé de 12,79 milliards d'euros dans le projet de loi de finances initial, à 12,72 milliards après son passage devant les députés, relève ainsi L'Etudiant.

La peur de grandes manifestations étudiantes

Comme de nombreux présidents de la République ou chefs de gouvernement avant lui, François Hollande est terrorisé par l'hypothèse d'un grand mouvement contestataire de la jeunesse estudiantine, raconte Europe 1. D'autant plus que sa cote de popularité reste basse et qu'il garde en mémoire les manifestations lycéennes d'après l'affaire Leonarda.

C'est pourquoi le président de la République aurait préféré reculer sa la première proposition votée au sein du budget 2015. Pour le budget 2014 déjà, Bercy avait tenté de diminuer les crédits alloués aux universités, avant que François Hollande ne tranche finalement en leur faveur.

A.S. et C. P.