BFMTV

Une société du frère de Kader Arif aurait reçu 700.000 euros du candidat Hollande

François Hollande et Kader Arif

François Hollande et Kader Arif - Alain Jocard - AFP

AWF Musique, société créée par Aissa Arif, frère de Kader Arif, aurait encaissé plus de 700.000 euros du candidat Hollande pendant la primaire socialiste de 2011 en travaillant pour le microparti du futur président, "Répondre à gauche", et lors de la présidentielle de 2012.

Une société d'un frère de Kader Arif, visée par une enquête préliminaire qui a entraîné la démission du secrétaire d'Etat aux Anciens combattants, a travaillé pour François Hollande en 2011 et lors de la présidentielle de 2012 avant que leur collaboration ne cesse en pleine campagne, affirme Mediapart jeudi. AWF Musique, société créée par Aissa Arif, frère de Kader Arif, aurait encaissé plus de 700.000 euros du candidat Hollande pendant la primaire socialiste de 2011 en travaillant pour le microparti du futur président, "Répondre à gauche", et lors de la présidentielle de 2012.

"Cette entreprise spécialisée dans l'image et le son (...) aurait même dû gagner davantage pendant la campagne (...) Mais à un mois du premier tour, en mars 2012, l'équipe du candidat l'a remerciée en catastrophe après une trentaine de prestations marquées par une coupure d'électricité intempestive ou l'effondrement d'un pupitre", écrit le site d'information en ligne.

L'entourage de Hollande ne "fait aucun commentaire"

Cette fin prématurée de collaboration aurait donné lieu à un "dédommagement", réglé non pas par le candidat mais par le PS après l'élection de François Hollande, selon Mediapart. L'ancien trésorier du PS, le député Régis Juanico, a confirmé au site d'information "avoir décaissé 85.000 euros à ce titre".

Estimant que ces frais de rupture exceptionnels ne constituaient pas une "dépense à caractère électoral", l’équipe du candidat ne les a pas déclarés dans le compte de campagne, raconte Mediapart. Sollicité par l'AFP, l'entourage de François Hollande s'est borné à déclarer que "les comptes de campagne du candidat Hollande (avaient) été examinés et validés. Il n'y a donc aucun commentaire à faire".

Pourquoi avoir continué à travailler avec cette société si celle-ci n'avait pas donné satisfaction lors des primaires? "Ils travaillaient pour pas cher, le rapport qualité-prix nous a intéressés", a dit à Mediapart le trésorier de la campagne présidentielle de François Hollande, Jean-Jacques Augier.

Entretien tendu entre Hollande et Arif

Kader Arif, proche de François Hollande, a démissionné vendredi dernier de ses fonctions de secrétaire d'Etat aux Anciens Combattants, après l'ouverture d'une enquête judiciaire sur des soupçons de favoritisme, dont auraient pu bénéficier deux sociétés dirigées par des membres de sa famille pour décrocher des marchés publics dans la région de Toulouse, sa terre d'élection.

Selon un communiqué de l'Elysée, François Hollande "a remercié" Kader Arif pour son "action accomplie au service du monde combattant depuis plus de deux ans". Mais d'après une source bien informée, l'entretien avec le chef de l'Etat s'est "très mal passé". Kader Arif aurait reproché au président de "protéger ses amis", en évoquant le secrétaire général de l'Elysée, Jean-Pierre Jouyet, englué dans des déclarations contradictoires mettant en cause l'ancien Premier ministre François Fillon.

La veille de sa démission, une source judiciaire avait révélé qu'une perquisition avait été menée, dans le cadre de cette enquête, le 6 novembre dernier, dans un service du ministère de la Défense.

S.A. avec AFP