BFMTV

Une pétition recueille 100.000 signatures pour le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne

Un homme brandit un drapeau breton dans la manifestation de près de 500 personnes qui défilent à Rennes, pour la défense de l'enseignement du breton à l'école publique. (Photo d'illustration) AFP PHOTO VALERY HACHE

Un homme brandit un drapeau breton dans la manifestation de près de 500 personnes qui défilent à Rennes, pour la défense de l'enseignement du breton à l'école publique. (Photo d'illustration) AFP PHOTO VALERY HACHE - -

L'association Bretagne réunie a atteint les 100.000 signatures pour le rattachement du département de Loire-Atlantique à la Bretagne. Le conseil départemental va désormais devoir examiner les suites à donner à ces revendications.

Après de deux ans de travail de terrain, une association favorable à une Bretagne à 5 départements a recueilli plus de 100.000 signatures d'habitants de Loire-Atlantique favorables à la tenue d'une consultation à propos du rattachement de leur département à la Bretagne, rapporte le journal Le Télégramme

L'association Bretagne réunie, qui oeuvre depuis 2015 pour la réunification de la Loire-Atlantique à la Bretagne, a donc remis les 100.000 signatures au conseil départemental. Le président du département va donc devoir examiner les suites à donner aux revendications de l'association. 

"Une pétition papier avec 100 000 signatures, c’est du jamais vu en France !" se félicite Paul Loret, co-président de l’association. "Pourtant, beaucoup de gens nous ont ri au nez, même dans les mouvements bretons".

"On ne peut pas ignorer une telle démarche"

"Nous ne pouvons pas ignorer une démarche d'une telle ampleur et je prends acte de la mobilisation citoyenne qui s'exprime à travers cette pétition", a déclaré dans un communiqué le président du département Philippe Grosvalet après avoir reçu des représentants de Bretagne réunie. 

Cette association explique avoir réuni sur papier des signatures qui représentent 10% du corps électoral de Loire-Atlantique. Elle a mobilisé pour ce faire des centaines de bénévoles depuis les élections présidentielle et législatives de 2017 afin de démarcher quelque 150.000 personnes dans la rue ou lors d'événements sportifs et culturels.

La pétition a été lancée selon le droit d'option, un dispositif effectif jusqu'au 1er mars 2019 qui permet à un département de changer de région. Le seuil des 10% contraint désormais le conseil départemental à inscrire à l'ordre du jour de sa prochaine session la possibilité d'organiser une consultation de la population par référendum.

"La seule solution qui existe au niveau légal"

Le conseil départemental a cependant toute liberté de décider de ne pas organiser cette consultation, et même si elle avait lieu et si la population se prononçait favorablement, il faudrait encore que les assemblées des trois entités concernées (département de Loire-Atlantique, région Pays de la Loire et région Bretagne) votent à la majorité des trois cinquièmes pour que le rattachement soit effectif.

"C'est la seule solution qui existe au niveau légal", a toutefois fait valoir Romain Bily, secrétaire général de Bretagne réunie. Il reconnaît que la requête revient à "demander à la région Pays de la Loire de scier la branche sur laquelle elle est assise" car la Loire-Atlantique est son département le "plus riche économiquement, le plus peuplé".

Mais Romain Bily estime que si un "oui" l'emportait en cas de consultation, l'Assemblée nationale et le Sénat interviendraient en faveur du rattachement. "La Bretagne a gardé ses frontières pendant 1.200 ans", a-t-il affirmé à l'AFP. Selon lui, l'appartenance de la Loire-Atlantique à la Bretagne "est tellement une évidence, que pour nous c'est une blessure qu'on ressent d'entendre dire 'non, tu n'es pas Breton'".

La Loire-Atlantique a été séparée de la Bretagne en 1941 par décret du gouvernement de Vichy.

Jeanne Bulant