BFMTV
Politique

Un meeting de "Hé oh la gauche" perturbé par les opposants à la loi travail à Lille

Stéphane Le Foll le 30 mars 2016 à l'Elysée.

Stéphane Le Foll le 30 mars 2016 à l'Elysée. - Thomas Samson - AFP

Les ministres Stéphane Le Foll et Patrick Kanner animaient lundi soir un meeting du collectif "Hé oh la gauche" à Lille. Ce collectif est chargé de défendre le bilan du gouvernement avant la présidentielle mais la réunion publique a été perturbée par des opposants à la loi Travail.

Une vingtaine de camionnettes, un car, trois détachements de CRS: voilà le dispositif policier déployé lundi autour de la salle du Gymnase à Lille pour protéger les participants du meeting de "Hé oh la gauche!". A l’extérieur, quelques dizaines d’opposants à la loi Travail avaient pris position pour exprimer leurs opinions à la veille du retour, ce 5 juillet, à l’Assemblée nationale du projet de loi El Khomri.

Les ministres arrivent en catimini

Un comité d’accueil qui a conduit Stéphane Le Foll (ministre de l’Agriculture, porte-parole du gouvernement et fidèle "Hollandais") et Patrick Kanner (ministre de la Ville, de la Jeunesse, des Sports) à passer par la porte de derrière. Les secrétaires d’Etat Pascale Boistard et Clotilde Valter étaient aussi présentes.

Stéphane Le Foll a assuré ne pas s’émouvoir outre-mesure de cette ambiance chahutée:

"Oh, vous savez, j’ai l’habitude des comités d’accueil, j’ai fait des congrès de la FNSEA…Il y a des gens qui s’opposent de manière radicale à ce qu’on fait. Il faut seulement leur rappeler de temps en temps, ce qu’on fait."

Prélude à une nouvelle journée de manifestations

Dans la salle, 250 élus et partisans favorables à la politique du gouvernement se partagent les sièges. Une bulle de paix et de douceur pour les soutiens de François Hollande? Pas tout à fait puisqu’un opposant à la loi travail a bientôt brandi une affichette rouge sur laquelle "49.3" apparaît en caractères noires.

Il dénonçait la probable utilisation de cet alinéa de la Constitution par le gouvernement afin de pousser l’Assemblée à adopter la loi El Khomri malgré son scepticisme. Il est aussitôt évacué sous les applaudissements de la foule.

Ce mardi, l’opposition à la loi travail se mobilise d’ailleurs à nouveau dans les rues pour une nouvelle journée de manifestations nationale.

R.V