BFMTV

UMP: Juppé prêt au combat contre Sarkozy

Le maire de Bordeaux et ancien Premier ministre Alain Juppé sera candidat à la primaire UMP "même contre Sarkozy".

Le maire de Bordeaux et ancien Premier ministre Alain Juppé sera candidat à la primaire UMP "même contre Sarkozy". - Eric Piermont - AFP

Candidat à la primaire UMP, "même contre Sarkozy", ambitieux pour 2017, l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac a déroulé ses cartes, mercredi soir, face à François Fillon en attendant le retour programmé de l'ex-chef de l'Etat.

Le match s'annonce dantesque pour l'investiture UMP à la présidentielle de 2017. François Fillon, qui ambitionne l'étiquette depuis longtemps, voit les velléités d'Alain Juppé, candidat fraîchement déclaré, s'affirmer.

"Je serai candidat à la primaire", a ainsi confirmé le maire de Bordeaux, mercredi soir sur France 2, en marge de l'université d'été du Medef où il a pu mesurer sa popularité. Et l'ancien protégé de Jacques Chirac d'assurer qu'il sera candidat même face à l'autre ténor attendu au rendez-vous: Nicolas Sarkozy, dont le retour en politique est annoncé dans les semaines à venir. 

"Nous en parlerons avec lui (Sarkozy) mais la pluralité de candidats à une primaire est une bonne chose", a avancé Alain Juppé. Une annonce accueillie chaleureusement par le camp Fillon qui "défend l'idée d'une primaire depuis 2012", rappelle son soutien Jérôme Chartier à BFMTV. Car les candidatures des deux anciens Premier ministres, actuels présidents par intérim de l'UMP avec Jean-Pierre Raffarin, contraignent l'ancien président de la République à se plier à un exercice qu'il préférerait éviter. "J'estime qu'un candidat à la présidentielle doit naturellement se démarquer des autres, juge l'eurodéputée Nadine Morano à BFMTV. A mon avis il n'y a pas besoin d'une primaire".

Juppé, "sauveur de la France"

A trois mois de la nouvelle élection du président de l'UMP, à deux ans de la primaire et à moins de trois ans de la présidentielle les trois hommes se marquent de près. Alain Juppé a ainsi repris la main quelques heures après la rentrée politique de François Fillon avant que Nicolas Sarkozy ne s'offre les gros titres de l'actualité avec la clarification de ses ambitions.

Mercredi, un sondage du Point a posé la question suivante: Qui peut sauver la France? Alain Juppé arrive en tête avec 50% des suffrages devant Nicolas Sarkozy et Manuel Valls (40%), François Fillon (33%) et François Bayrou (31%). Preuve qu'il ne pense pas qu'à la primaire, Alain Juppé a fait savoir qu'un rapprochement avec le leader du Modem était "certain" dans la perspective de 2017 ce qui "lui donnerait de grandes chances", selon ses propres termes, de rejoindre l'Elysée dans la posture du rassembleur de son camp élargi, loin des récentes dérives droitières de l'UMP.

Une assurance qui n'effraye pas Nicolas Sarkozy, selon le Canard enchaîné de mercredi: "La candidature Juppé a le mérite de tuer Fillon (...) mais il n'aura pas le cran d'aller jusqu'au bout".

Samuel Auffray