BFMTV

Tour Triangle: le Conseil de Paris dit non, Hidalgo conteste le vote

Le projet de tour Triangle sortira-t-il de terre un jour? Le feuilleton pourrait encore durer quelques mois.

Le projet de tour Triangle sortira-t-il de terre un jour? Le feuilleton pourrait encore durer quelques mois. - Herzog - De Meuron

Les élus parisiens ont voté contre le projet de la tour Triangle à 83 voix contre 78. Mais l'exécutif municipal conteste le vote, car le vote à bulletin secret n'a pas été respecté par tous les élus.

Coup de théâtre au conseil de Paris. Le vote sur la tour Triangle est contesté: alors que 83 élus ont voté contre et 78 pour, la maire PS Anne Hidalgo, qui a défendu le projet, conteste le vote et le déclare "nul". Elle en appelle au tribunal administratif pour trancher.

En cause, le vote à bulletin secret. Défendu par le groupe socialiste et adopté grâce à un vote à main levée en début de séance, il était contesté par l'UMP, ainsi que les Verts et le centre, qui plaidaient pour un vote public et nominal, afin de garantir la "transparence" du vote.

Le vote à bulletin secret "pas respecté"

Résultat: un certain nombre d'élus ne sont pas entrés dans l'isoloir pour voter, et ont délibérément montré leur bulletin au moment du vote. C'est le cas notamment de Nathalie Kosciusko-Morizet, et de Claude Goasguen, qui a posté la photo de son bulletin sur Twitter. Rachida Dati a été la seule élue UMP à entrer dans l'isoloir.

Citant la jurisprudence du Conseil de Paris, Anne Hidalgo a alors expliqué que dans le cas où l'écart de voix était inférieur au nombre de bulletins dévoilés publiquement, ils devaient être déclarés nul. "La loi n'a pas été respectée", a-t-elle dénoncé, avant d'ajouter: "tous les bulletins montrés sont déclarés nuls (...) Je demande que le scrutin soit déféré au contrôle de légalité et déféré au tribunal administratif".

Arithmétiquement, l'exécutif municipal ne disposait pas de la majorité sur ce projet: les Verts, le centre, l'UMP et le Parti de gauche y étaient opposés. Mais certains élus de droite, dont Pierre Lellouche et Dominique Tibéri, s'étaient déclarés pour, contre l'opinion de la présidente du groupe, Nathalie Kosciusko-Morizet. Les élus socialistes avaient donc réclamé un vote à bulletin secret pour permettre aux 163 conseillers de Paris de "s'exprimer en liberté". 

L'opposition vent debout contre Hidalgo

Le scrutin déclaré nul, les élus de l'opposition dénoncent la décision d'Anne Hidalgo. "Tous les moyens sont bons pour nier la réalité", écrit NKM à son propos sur Twitter. La rivale d'Anne Hidalgo aux municipales dénonce une "entorse à la morale politique". "Quand j'ai dit que nous montrerions nos bulletins, Anne Hidalgo a dit 'si vous voulez'. Si elle désapprouvait, il ne fallait pas attendre le résultat", a-t-elle protesté. Plus tôt dans la journée, NKM avait aussi raillé dans son intervention la prétendue "modernité" de la tour et contesté qu'elle soit un élément phare de l'attractivité de Paris.

Pierre-Yves Bournazel, vice-président du groupe UMP au Conseil de Paris, souligne de son côté l'isolement d'Anne Hidalgo, qui selon lui "n'a plus de majorité".

L'UMP n'est pas la seule à protester. Yann Wehrling, conseiller de Paris et porte-parole du MoDem, dénonce l'attitude Anne Hidalgo, qui selon lui "annule le vote après avoir vu qu'il ne lui convenait pas".

Dans la confusion et les cris de protestation, Anne Hidalgo a fini par lever la séance vers 14 heures, avant la reprise une heure plus tard.

Haute de 180 mètres, la tour Triangle devrait être construite au coeur du parc des expositions de la porte de Versailles, dans le 15e arrondissement de Paris. Elle accueillerait majoritairement des bureaux. Ce projet, lancé par Bertrand Delanoë en 2008, a logiquement été repris par Anne Hidalgo lors de son arrivée à la mairie de Paris. 

Ariane Kujawski