BFMTV

Total renonce à sponsoriser les JO: une ministre accuse Hidalgo de vouloir "gratter 3 voix à des élections"

Anne Hidalgo

Anne Hidalgo - BERTRAND GUAY / AFP

Le groupe pétrolier Total a renoncé à être partenaire des Jeux olympiques parisiens dans cinq ans. Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, a critiqué sur BFM Business la position de la maire de Paris, y voyant un calcul politicien.

"Je trouve que c'est une façon un peu politicienne d'aborder le sujet." Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Économie et des Finances, n'est pas tendre avec la mairie de Paris à l'heure d'évoquer les Jeux olympiques et leur politique de sponsoring. Invitée de BFM Business ce mercredi midi, elle s'en prend à Anne Hidalgo.

Selon le Journal du dimanche, Anne Hidalgo aurait dit, lors d'une rencontre le 29 mai dernier, au patron du géant que ce partenariat ne cadrerait pas avec la ligne écolo-responsable des organisateurs. "La maire de Paris lui a dit qu'il y avait que des coups à prendre et que ce ne serait pas compris du grand public, car Total n'est pas identifié comme un leader dans l'écologie", rapporte le JDD.

"Du finger pointing pour gratter trois voix"

D'après les informations du Monde, c'est après cet échange que Patrick Pouyanné, PDG de Total, aurait décidé de ne pas compter parmi les partenaires des Jeux olympiques. Devant les actionnaires, il aurait par ailleurs confessé "que la maire de Paris a des doutes sur le fait que Total puisse contribuer à ces Jeux olympiques".

Sur l'antenne de BFM Business, Agnès Pannier-Runacher y voit "une petite phrase un peu assassine sur le sponsoring de Total". "Mon analyse, c'est que c'est un peu paradoxal quand on sait que Total se redéploie sur les énergies renouvelables. C'est les industriels qui vont faire la transition énergétique", juge la ministre. Qui déplore également l'action de la mairie de Paris dont elle estime qu'elle fait "du finger pointing pour gratter trois voix à des élections prochaines."

Du côté de la mairie de Paris, on estime que la décision vient directement de Total, avec qui la mairie a régulièrement échangé. L'entourage d'Anne Hidalgo explique que la Ville ne juge effectivement pas pertinent un partenariat avec Total, compte tenu des ambitions environnementales de l'organisation des Jeux olympiques. "L'idée n'est pas d'ostraciser Total, qui est en train de se transformer en investissant dans les énergies renouvelables, mais on a remporté les JO avec des objectifs environnementaux forts, il est normal qu'on essaie de faire différemment qu'avant", précise-t-on. 

Pour le Comité d'organisation des Jeux olympiques (Cojo), la réussite de son programme marketing est un enjeu crucial et ses revenus sont au coeur de son modèle économique: Paris-2024 attend en effet 1,2 milliard d'euros des sponsors, sur un budget total annoncé à 3,8 milliards.

dossier :

Anne Hidalgo

Ivan Valerio