BFMTV

Municipales: nette poussée du FN

Le FN fait un bond en avant dans les intentions de vote pour le 1er tour des municipales 2014, profitant d'un tassement à gauche comme à droite.

Le FN fait un bond en avant dans les intentions de vote pour le 1er tour des municipales 2014, profitant d'un tassement à gauche comme à droite. - -

LE MATCH DES MUNICIPALES - Le FN attire de plus en plus d'intentions de vote au détriment de la gauche et de la droite, révèle un sondage exclusif CSA-BFMTV publié ce jeudi. Autre enseignement, le montant des impôts locaux devient la première préoccupation des électeurs.

A un peu plus de six mois du premier tour (le 23 mars 2014), le Front national enregistre une nette progression, en grimpant à 16% des intentions de vote. C'est l'un des principaux enseignements du sondage "Le match des municipales" CSA-BFM, dévoilé ce jeudi. Les intentions de vote en faveur du FN progressent ainsi de 4 points par rapport aux résultats d'une première enquête CSA réalisée en mars 2013.

Progression d'autant plus remarquable que le FN profite d'un tassement simultané des intentions de vote pour la gauche parlementaire (de 42% à 40%) et pour les listes de droite (UMP, UDI, Nouveau Centre et Divers droite), créditées de 35% (contre 38% en mars 2013).

Toutefois, rien ne permet d'affirmer que le Front national sera en mesure de capter la totalité de ces intentions de vote: le FN pourrait "pâtir d'ici aux prochaines municipales de la difficulté à présenter des listes dans chacune des communes de 3.500 habitants et plus, ce qui réduirait mécaniquement son score à l'échelle nationale", prévient Yves-Marie Cann, directeur en charge des études d'opinion à l'institut CSA.

Les impôts locaux, préoccupation n°1

Autre enseignement majeur, et l'actualité des dernières semaines n'y est sans doute pas étrangère: le niveau d'imposition locale ressort comme la toute première préoccupation des électeurs à six mois des élections municipales.

Parmi les principaux sujets dont il faudrait s'occuper en priorité dans la commune des personnes interrogées, 44% répondent "le montant des impôts locaux", devant "la lutte contre la délinquance" (35%). Ce sujet de préoccupation rapproche étonnamment les sympathisants de gauche et ceux du Front national: les premiers comme les seconds font de ce sujet leur priorité numéro un, devant la lutte contre la délinquance, laquelle reste la priorité absolue des sympathisants de droite.

Les questions de stationnement et de circulation arrivent à la 3e place (28%) des principales préoccupations des sondés, représentatifs des communes de plus de 3.500 habitants (lire ci-dessous), tandis que 21% souhaiteraient que leur maire s'occupe de la "couverture numérique" de leur ville.

Le spectre du vote sanction contre la majorité

Les motivations de vote aux municipales 2014 se concentrent de plus en plus sur des considérations nationales. Ainsi, 26% des personnes interrogées déclarent qu'elles voteraient d'abord pour s'opposer au président de la République et au gouvernement. Un score en hausse de 7 points par rapport à l'enquête de mars 2013.

Chez les électeurs de Nicolas Sarkozy et de Marine Le Pen, la proportion du vote sanction grimpe même à un votant sur deux.

A l'inverse, sur la totalité des personnes sondées, 48% pensent se décider dans l'isoloir uniquement en fonction de considérations locales (-14 points par rapport à mars 2013), et seulement 11% pour soutenir le gouvernement.

|||Sondage CSA pour BFMTV, Le Figaro et Orange, réalisé par Internet du 10 au 12 septembre 2013, sur un échantillon de 993 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population française habitant les communes de 3.500 habitants et plus, et constitué d'après la méthode des quotas.

Alexandre Le Mer et Benjamin Dubois (vidéo)