BFMTV

Sondage BFMTV - 6 Français sur 10 opposés au port de signes religieux par des parents accompagnateurs

Des élèves arrivant à l'école (illustration).

Des élèves arrivant à l'école (illustration). - PASCAL PAVANI / AFP

Selon notre enquête Elabe publiée ce mercredi, une large majorité de Français sont d'accord avec la déclaration de Jean-Michel Blanquer, d'après qui "le voile en soi n'est pas souhaitable dans notre société".

Si elles ont été critiquées par l'ensemble de la gauche et une partie des députés du groupe La République en marche, les récentes déclarations de Jean-Michel Blanquer semblent trouver un large écho au sein de la population française. Selon une enquête Elabe réalisée pour BFMTV et diffusée ce mercredi, 71% des personnes interrogées sont d'accord avec la phrase prononcée dimanche par le ministre de l'Éducation nationale sur notre antenne. À savoir, que "le voile en soi n'est pas souhaitable dans notre société". 

Plus de 7 Français sur 10 sont d'accord avec les propos de Jean-Michel Blanquer sur le voile
Plus de 7 Français sur 10 sont d'accord avec les propos de Jean-Michel Blanquer sur le voile © Institut Elabe

Cette large majorité recèle un clivage générationnel. En effet, plus des trois quarts des personnes âgées de 50 ans et plus à avoir été sondées disent partager l'opinion de Jean-Michel Blanquer. Inversement, plus de la moitié des 18-24 ans expriment leur désaccord. Le locataire de la rue de Grenelle est par ailleurs soutenu par une écrasante majorité (8 sur 10) d'électeurs de Marine Le Pen et de François Fillon à la dernière présidentielle. 

Les jeunes plus souples avec le port de signes religieux

Sur le sujet plus spécifique du voile arboré par des parents accompagnant bénévolement leurs enfants dans le cadre de sorties scolaires, les Français se montrent également plutôt clairs. Plus de 6 sondés sur 10 (61%) estiment que les parents accompagnateurs ne doivent pas porter de signes religieux, quels qu'ils soient. Encore une fois, cette opinion décroît en fonction de la classe d'âge, les 50-64 ans étant 65% à la partager et les 18-24, 43%. 

Politiquement, les électeurs de Marine Le Pen et de François Fillon sont les plus opposés au port de signes religieux par des parents accompagnant leurs enfants lors de sorties scolaires
Politiquement, les électeurs de Marine Le Pen et de François Fillon sont les plus opposés au port de signes religieux par des parents accompagnant leurs enfants lors de sorties scolaires © Institut Elabe

Politiquement, cette question génère d’importants écarts. D’un côté, les électeurs de 2017 de Marine Le Pen (81%) et de François Fillon (77%) sont très majoritairement opposés au port de signes religieux par les parents accompagnateurs. De l'autre, les abstentionnistes (58%), les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (57%) et ceux d'Emmanuel Macron (54%) ne sont qu’une courte majorité à partager cette opinion. 

Le vivre-ensemble convainc de moins en moins

Le thème plus global du vivre-ensemble, s'il ne suscite pas d'unanimité, demeure clivant. Selon l'institut Elabe, 55% des Français portent un regard négatif sur le vivre-ensemble en France (8% "la population vit très mal ensemble", 47% "assez mal") et 45% un regard positif (3% "très bien", 42% "assez bien"). Les 18-24 se distinguent en étant une majorité assez large à porter un regard positif (59%) sur le vivre-ensemble.

Sur le vivre-ensemble en France, le clivage générationnel est flagrant, les plus jeunes estimant qu'il fonctionne bien, les plus âgés étant bien plus sévères
Sur le vivre-ensemble en France, le clivage générationnel est flagrant, les plus jeunes estimant qu'il fonctionne bien, les plus âgés étant bien plus sévères © Institut Elabe

Aussi, l'opinion selon laquelle l'État ne se préoccupe pas suffisamment des questions de religion en France est aujourd'hui la plus répandue: 45% des personnes interrogées sont de cet avis, 30% estiment que l'État s'en préoccupe "juste ce qu'il faut" et 25% "trop". Politiquement, les électeurs fillonistes (54%) et lepénistes (52%) jugent majoritairement que l'État ne s'en saisit pas assez. Les macronistes, eux, sont partagés entre "l’État se préoccupe juste ce qu’il faut" des questions de religion (42%) et "il n’en fait pas assez" (39%). 

Sondage effectué par Internet, les 15 et 16 octobre, sur un échantillon de 1002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Jules Pecnard