BFMTV

SNCF: une majorité de Français souhaitent que Macron maintienne la réforme

Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron. - AFP

Le nouveau sondage "L'Opinion en direct" pour BFMTV, que nous publions ce mercredi, a évalué le regard des Français sur les déclarations fortes d'Emmanuel Macron lors de ses entretiens télévisés la semaine dernière.

Jeudi puis dimanche, Emmanuel Macron a enchaîné deux entretiens télévisés, dont celui de dimanche sur BFMTV, RMC et Mediapart, pour expliquer l'orientation et le contenu de sa politique alors que des mouvements sociaux se sont développés dans le pays ces dernières semaines. Le chef de l'Etat a marqué ses positions en quelques phrases fortes. L'institut Elabe a sollicité un panel de Français pour juger de la réception de sept d'entre elles dans un nouveau sondage "L'Opinion en direct" pour BFMTV, publié ce mercredi. 

65% des Français jugent la colère des zadistes "illégitime" 

62% des Français se disent d'accord avec Emmanuel Macron lorsqu'il dit qu'il veut "aller au bout de la réforme de la SNCF". Ils sont également 65% à considérer avec lui que "la colère des zadistes de Notre-Dame-des-Landes n'est pas légitime". Enfin, 56% d'entre eux déclarent après le président de la République et Michel Audiard que certaines mobilisations dans les facultés sont dues à des "professionnels du désordre". 

C'est ensuite que ça se gâte pour Emmanuel Macron. 74% des Français sont contre une deuxième "journée de solidarité", c'est-à-dire une autre journée travaillée et non payée, pour financer la dépendance des personnes âgées. 67% disent leur désaccord quant à l'effort demandé à certains retraités avec la hausse de la CSG et 66% n'emboîtent pas le pas au chef de l'Etat lorsqu'il dit que sa réforme de l'ISF est une "politique d'investissement" et s'y opposent. Enfin, 52% des Français ne croient pas Emmanuel Macron quand il assure que les frappes en Syrie se sont faites "en pleine légitimité internationale". 

46% de déçus 

Les sondés ont aussi dû se prononcer sur leur perception globale de l'action du patron de l'exécutif. Et là encore, les chiffres obtenus sont pour le moins mitigés. 46% des Français estiment qu'elle est décevante (en hausse de deux points depuis la précédente mesure les 12 et 13 avril), 34% disent qu'il est trop tôt pour prendre parti sur cette question et 20% sont satisfaits. Dans le détail, on voit que 56% des classes populaires évoquent leur déception tandis qu'ils ne sont que 28% de déçus chez les cadres parmi lesquels on trouve même 39% de satisfaits. 

Parmi les électorats du premier tour de la présidentielle, 46% des sympathisants d'Emmanuel Macron disent leur satisfaction mais 62% des partisans de Jean-Luc Mélenchon et 71% de ceux de Marine Le Pen sont désappointés. 

Deux interviews sans incidence 

Ces dernières statistiques montrent davantage un renforcement des tendances qu'un changement. Il faut dire que la séquence qui vient de se clore ne semble pas avoir eu d'incidence particulière sur les Français. 58% d'entre eux assurent que les deux interviews du chef de l'Etat, celle de jeudi dernier sur TF1 et celle de dimanche sur BFMTV face aux journalistes Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel, n'ont pas permis de "mieux comprendre le sens de l'action d'Emmanuel Macron et de son gouvernement". 41% pensent le contraire. 

Echantillon de 1.002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquées aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l'interviewé après stratification par région et catégorie d'agglomération. Interrogation par Internet les 17 et 18 avril 2018. 

Robin Verner