BFMTV
Politique

Servan-Schreiber : « Sarkozy a fait un cadeau à TF1 et Bouygues »

-

- - -

Présidente de Cinétévé et productrice de documentaires et de long-métrages, Fabienne Servan-Schreiber a évoqué la fin de la publicité sur la télévision publique.

Invitée des GG mercredi 28 mai, Fabienne Servan-Schreiber, productrice de documentaires et de long-métrages, a évoqué la décision de Nicolas Sarkozy de supprimer la publicité sur les chaînes de télévision publiques : « Devant cette situation, qui consiste à trouver un moyen de remplacer une recette qu'on remplace, l'ensemble des professionnels et des parlementaires de la commission Copé sont pour une augmentation de la redevance. Ca paraît à l'ensemble du secteur la meilleure des solutions. Or, Nicolas Sarkozy dit que c'est plié pendant qu'une commission travaille. On peut se poser la question « A quoi sert cette commission ? » et « Que vont-ils trouver comme solution ?» ».

D'autre part, elle a évoqué les contenus de cette télévision publique sans publicité : « Il s'agit de faire une télévision publique différente de la privée car, contrairement à ce qui a été dit, ça n'est pas la même chose. Vous avez, sur la télévision publique, des documentaires de création qui n'existent quasiment plus sur les chaînes privées, vous avez des fictions qui n'existent pas sur les chaînes privées. Tout ce qui est patrimoine, TF1 n'en fait pas. Par exemple, j'ai fait « Fatou la malienne », c'était la première fois qu'on voyait une famille africaine dans une fiction en prime-time, et TF1 ne m'aurait jamais pris ça. Tous les téléfilms politiques, TF1 n'en fait pas ».

Enfin, elle est revenu sur les bénéficiaires de cette mesure : « Je considère que les chiffres donnent raison à l'interprétation selon laquelle Nicolas Sarkozy a fait un cadeau à TF1 et au groupe Bouygues, puisqu'on sait qu'une partie de la publicité retirée des chaînes publiques va se reporter vers les chaînes privées. Je me demande si la stratégie n'est pas d'appauvrir la télévision publique, pour plus tard privatiser ».

La rédaction-Les Grandes Gueules