BFMTV

Sécurité: Nicolas Sarkozy en fait-il trop ?

-

- - -

La question est lancée au sein même de la droite, où plusieurs voix s'élèvent - parfois violemment - contre la politique actuelle impulsée par l'Elysée.

Le premier à tirer sur le chef de l'état : le flibustier Dominique de Villepin. « Il y a aujourd'hui sur notre drapeau une tâche de honte », dit l'ancien premier ministre dans une tribune publiée dans le Monde.
Autre franc tireur, Rachida Dati. L'ex-garde des sceaux, emblème de l'immigration, s'inquiète: « Cessons d'opposer les français les uns aux autres », dit-elle.
Ensuite, Christine Boutin pour qui la « stigmatisation des Roms pourrait être la goutte qui fait déborder le vase ». Son parti Chrétien Démocrate frôle le divorce avec l'UMP.

Et au sein même du parti, il en est un qui jette sa carte pour suivre Dominique de Villepin : c'est Amine Benalia-Brouch. Celui par qui le scandale était arrivé quand Brice Hortefeux, il y a un an, avait déclaré: « Il en faut toujours un. Quand il y en a un ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes ». Ce militant confie: « ras le bol de voir les français montés les uns contre les autres ».

Quant à Jean-Pierre Raffarin, ex-premier ministre lui aussi mais surtout vice-président de l'UMP, il s'en prend directement à son propre mouvement. Il déclarait ce mardi matin sur RMC qu'au sujet de la sécurité, « c'est l'UMP le problème » (lire l'article complet ici).

La politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy va-t-elle trop loin ?

Pour la villepiniste Brigitte Girardin (membre de l'UMP et secrétaire générale de République Solidaire), les discours du président de la République marquent une grave dérive républicaine.

« Non seulement cette politique sécuritaire n'est pas efficace, mais en plus elle est dangereuse car elle tourne le dos à nos principes républicains »

Dominique Paillé, porte-parole de l'UMP, n'est pas de cet avis. Il répond à ceux qui critiquent la droite en matière de sécurité.

« Tout ce que le président de la République a indiqué dans son discours de Grenoble s'inscrit strictement dans le cadre de la légalité républicaine »

La Rédaction d'RMC et Véronique Jacquier