BFMTV

Se rendre à l’enterrement d’un ami? Édouard Philippe répond: "c’est terrible mais nous devons dire non"

Edouard Philippe. - Thomas Samson - AFP

Edouard Philippe. - Thomas Samson - AFP - -

Invité au JT de France 2 ce mardi soir, le Premier ministre a réaffirmé les mesures de confinement édictées par Emmanuel Macron lundi. D’un ton grave, il a précisé que les enterrements ne faisaient pas exception à la règle.

C’est avec “tristesse” et détermination que le Premier ministre a précisé les règles de confinement dans le cadre particulier des funérailles, ce mardi soir. Invité au JT de France 2, Edouard Philippe a ainsi rappelé qu’il convenait de limiter ses déplacements au maximum, les enterrements ne devant pas faire exception à la règle.

Ainsi, à la question: “Peut-on se rendre aux funérailles d’un ami?” il a répondu d’un ton grave.

"Ce que je vais dire est terrible à entendre, mais je me dois d’être à la hauteur des fonctions que j’occupe et donc je vais répondre non. Nous devons limiter au maximum les déplacements et même dans cette circonstance, nous ne devons pas déroger à la règle qui a été fixée."

Respecter les gestes barrières

Une annonce sévère alors que le décret pris dimanche par le gouvernement pour interdire jusqu'au 15 avril les rassemblements de plus de 20 personnes dans les lieux de culte, permettait encore l’organisation des enterrements. Reste que le respect des gestes barrières dans de telles circonstances - comme garder une distance d'un mètre ou éviter les contacts - n’est pas aisé.

Le Haut conseil de la santé publique a par ailleurs recommandé que, lorsqu’il s’agit d’un décès lié au coronavirus, les corps soient placés dans des housses mortuaires étanches et hermétiquement fermées puis transférés en chambre mortuaire. Les corps doivent être déposés dans un cercueil simple, qui doit être fermé définitivement, "sans délai", est-il indiqué à la note. Aucun soin de conservation ne peut être réalisé sur les défunts.

Ambre Lepoivre