BFMTV

"Plus personne ne pense qu'Agnès Buzyn va être élue maire de Paris": le message embarrassant de Marlène Schiappa

Marlène Schiappa quitte le Palais de l'Élysée le 19 juillet 2017

Marlène Schiappa quitte le Palais de l'Élysée le 19 juillet 2017 - Martin BUREAU / AFP

La secrétaire d'Etat, elle-même candidate aux municipales dans le XIVe arrondissement de Paris, a indiqué dans un message interne qu'elle ne croyait plus aux chances de la candidate. Elle propose de surcroît un changement de stratégie.

C'est une sortie qui ajoute encore un peu de plomb dans la campagne électorale d'Agnès Buzyn. L'ex-ministre de la Santé est arrivée troisième avec quelque 17% des voix à l'issue du premier tour des municipales. Elle a ensuite été durablement fragilisée par une interview accordée au Monde, dans laquelle elle confessait, au sujet des municipales, qu'"on aurait dû tout arrêter, c'était une mascarade". 

Malgré les doutes qui planaient sur son maintien au second tour, Agnès Buzyn est repartie en campagne début juin. "J'y vais pour gagner!", a-t-elle d'ailleurs lancé à nos confrères du Parisien. Mais au sein-même de sa famille politique, le doute est désormais ouvertement permis.

"Je ne suis pas pour mentir aux gens"

Dans un message interne révélé par Le Point vendredi, la secrétaire d'Etat à l'égalité entre les Femmes et les Hommes Marlène Schiappa n'affiche guère son optimisme vis-à-vis de la tête de liste La République en marche (LaREM) dans la capitale, alors qu'elle est elle-même candidate en deuxième position dans le XIVe arrondissement.

"Plus personne ne pense qu'Agnès Buzyn va être élue maire de Paris", écrit la secrétaire d'Etat sans détour. "Partant de là, je ne suis pas pour mentir aux gens et dire 'votez Buzyn pour qu'elle soit maire de Paris', mais être très honnête sur les enjeux. On aura sans doute un seul élu. Eric (Azières, tête de liste LaREM dans le XIVe arrondissement, NDLR). Ou plutôt entre zéro et un seul", rapporte ainsi Le Point.

Ne pas faire campagne dans le sud du XIVe

Partant de ce constat, Marlène Schiappa propose donc d'adapter la stratégie électorale dans l'arrondissement où elle est candidate, expliquant au sujet des zones plus populaires du sud qu'il "ne faut pas perdre une minute sur les quartiers qui ne votent pas pour nous".

"Aller tracter Porte de Vanves, c'est vouloir vendre des AirPods (des écouteurs vendus par Apple, NDLR) à des sourds", image-t-elle. Conclusion du message: "On a passé beaucoup trop de temps à préparer des propositions que personne n'a jamais entendues."

Des adversaires dénoncent le "mépris"

Des propos qui ont rapidement fait réagir des adversaires politiques d'Agnès Buzyn et Marlène Schiappa. 

"Mépris pour les quartiers populaires, comparaisons douteuses avec les personnes sourdes (de la part d'une secrétaire d’État en charge des discriminations...) et sororité version LREM: Paris et les Parisien·nes ne méritent pas ça!!!", a écrit sur Twitter Hélène Bidard, adjointe PCF à la mairie de Paris, candidate sur la liste Paris en Commun d'Anne Hidalgo.

Sur Twitter également, Nelly Garnier, directrice de campagne de Rachida Dati, a appelé, dans la même tonalité, à faire cesser le "mépris des Parisiens des quartiers populaires".

Clarisse Martin