BFMTV

Sarkozy vante les "racines" françaises

Nicolas Sarkozy a mis à profit la commémoration du 150e anniversaire du rattachement de la Savoie à la France pour vanter l'importance des racines dans la construction de l'identité française. /Photo prise le 22 avril 2010/REUTERS/Robert Pratta

Nicolas Sarkozy a mis à profit la commémoration du 150e anniversaire du rattachement de la Savoie à la France pour vanter l'importance des racines dans la construction de l'identité française. /Photo prise le 22 avril 2010/REUTERS/Robert Pratta - -

Nicolas Sarkozy a mis à profit la commémoration du 150e anniversaire du rattachement de la Savoie à la France pour...

CHAMBÉRY, Savoie, 22 avril (Reuters) - Nicolas Sarkozy a mis à profit la commémoration du 150e anniversaire du rattachement de la Savoie à la France pour vanter l'importance des racines dans la construction de l'identité française.

Le président français a cité cette région en exemple dans un discours prononcé à Chambéry au château des ducs de Savoie.

"C'est ici, dans cette province, dernière venue dans la communauté nationale, que s'est manifesté, à chaque fois que les circonstances l'ont exigé, le plus ardent patriotisme français", a-t-il déclaré en célébrant la "puissance assimilatrice de la Savoie qui vient de la nature et de la culture".

"L'unité de la France a plus à craindre d'une uniformité rigide que d'une souplesse dans la diversité et la reconnaissance de chacune des identités de notre territoire", a-t-il dit en rattachant l'histoire savoyarde au débat d'aujourd'hui sur l'identité nationale.

"On ne bâtit pas un grand pays en niant les identités de toutes ses petites patries qui font la grande patrie française."

Il a également considéré que "l'attachement viscéral des Français à l'égalité ne doit pas nous conduire au nivellement".

Nicolas Sarkozy a assuré que l'Etat mettrait tout en oeuvre pour appuyer la candidature d'Annecy aux Jeux Olympiques de 2018, dont l'attribution sera connue en 2011.

Il a également promis que tout serait fait pour réaliser la liaison ferrée à grande vitesse Lyon-Turin et soutenu la possibilité de fusion des deux départements savoyards.

Il a confié n'avoir qu'un seul regret, "celui de ne pas être savoyard".

"Mais je le suis quand même un peu devenu sur le tard en épousant une savoyarde, de l'autre côté des Alpes", a-t-il ajouté en référence à son épouse italienne, Carla Bruni.

Catherine Lagrange, édité par Yves Clarisse