BFMTV

Sarkozy sur Valls: "Il a été assez con pour ne pas quitter Matignon il y a quelques mois"

Nicolas Sarkozy lundi 9 novembre lors d'un meeting près d'Angers.

Nicolas Sarkozy lundi 9 novembre lors d'un meeting près d'Angers. - Jean-François Monier - AFP

Le bras de fer entre la CGT et le gouvernement sur la loi Travail ne doit pas manquer de réjouir l'opposition. S'il n'a osé le dire en ces termes, Nicolas Sarkozy s'est livré à une petite analyse de la situation devant ses troupes, se permettant même d'envisager un scénario catastrophe pour l'exécutif devant sa garde rapprochée, selon Le Canard Enchaîné en kiosques mercredi. 

"Il faut se tenir prêt à toute éventualité", a mis en garde l’ancien chef de l’Etat. Avant d’ajouter :

"Personne ne peut exclure qu’en deuxième lecture de la loi El Khomri une motion de censure de gauche soit déposée. Valls passerait alors la main."

En cas d'adoption d'une telle motion de censure par l’hémicycle, le gouvernement Valls serait renversé. Un scénario qu'imagine déjà Nicolas Sarkozy. D'où sa petite phrase sur Manuel Valls: 

"Il a été assez con pour ne pas quitter Matignon, il y a quelques mois, afin de se refaire une virginité. Cette fois, il ne raterait pas l’occasion." 

Le président des Républicains a, selon Le Canard Enchaîné, continué ses pronostiques en imaginant que François Hollande ne réussisse pas à trouver un nouveau Premier ministre capable de lui redonner une majorité et qu'il soit ainsi obligé de revenir sur la loi El-Khomri ou de dissoudre l'Assemblée nationale. "Ca aurait l'intérêt de nous débarrasser de cette connerie de primaire", a conclu Nicolas Sarkozy. François Hollande peut au moins lire ainsi le scénario qu'il va devoir éviter.

Ma. G.