BFMTV

Sarkozy promet que le suivi des criminels sexuels sera amélioré

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a réaffirmé mercredi sa volonté d'améliorer le contrôle et le suivi des auteurs de crimes sexuels en recevant la...

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a réaffirmé mercredi sa volonté d'améliorer le contrôle et le suivi des auteurs de crimes sexuels en recevant la famille de Natacha Mougel, une joggeuse assassinée début septembre près de Lille.

"Le chef de l'Etat a exprimé sa totale détermination à tout mettre en oeuvre pour qu'une telle tragédie ne puisse se reproduire et pour améliorer dans les plus brefs délais les mesures de contrôle et de suivi des auteurs de crimes sexuels qui présentent un danger pour la société", déclare l'Elysée dans un communiqué.

La ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie, et le maire de Marcq-en-Baroeul assistaient à cette entrevue qui a eu lieu juste après le conseil des ministres.

"Choqué par les circonstances de ce drame, il les a assurés que ce crime odieux ne resterait pas impuni. La justice est saisie et suivra son cours", a encore indiqué l'Elysée.

L'auteur présumé du meurtre de Natacha Mougel, qui a été arrêté et inculpé, était en libération conditionnelle après avoir été condamné en 2006 à dix ans de prison pour une agression sexuelle.

Nicolas Sarkozy avait déjà reçu vendredi la précédente victime de ce dernier.

Intervenant après le tour de vis sécuritaire annoncé fin juillet par Nicolas Sarkozy, l'affaire de Marcq-en-Baroeul a relancé les débats sur la lutte contre la récidive et les libérations anticipées sur fond de violentes polémiques à propos de magistrats jugés laxistes par le gouvernement.

Michèle Alliot-Marie a évoqué ainsi la possibilité d'adjoindre "des assesseurs issus de la société civile" aux juges chargés des libérations conditionnelles des condamnés en cours d'assises.

Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, s'est prononcé de son côté pour l'élection des juges d'application des peines.

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse