BFMTV

Sarkozy: ils le veulent comme en 2012

Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy. - Joël Saget - AFP

D'après un sondage OpinionWay publié par Le Figaro, près d'un électeur de droite sur deux souhaite voir l'ex-président de la République défendre la même ligne politique qu'en 2012.

Quel Nicolas Sarkozy souhaite les électeurs de droite ?Près de un sur deux, (49%) souhaite voir l'ex-président de la République, qui a annoncé hier son retour sur la scène politique, défende la même ligne politique que lors de la campagne de 2012, selon un sondage OpinionWay pour Le Figaro, publié samedi.

A la question, comment souhaitez-vous que Nicolas Sarkozy se positionne (par rapport à sa campagne de 2012) ?, 49% des électeurs de droite souhaitent qu'"il se positionne de la même façon qu'il y a deux ans". 31% souhaitent que l'ancien Chef de l'Etat se positionne "plus à droite" qu'au printemps 2012, contre 20% qui le souhaitent "moins à droite".

Pas de recentrage

"La demande d'un recentrage est très minoritaire alors même que beaucoup d'observateurs avaient jugé son positionnement très à droite au moment de la campagne", explique au journal Bruno Jeanbart, directeur général adjoint d'OpinionWay.

Près de deux ans et demi après sa défaite à l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy a annoncé vendredi qu'il était candidat à la présidence de l'UMP, sur son compte Facebook. Dans le détail des mesures que l'électorat de droite souhaite voir défendues par l'ancien chef de l'Etat, les priorités semblent claires, souligne Le Figaro.

Le rétablissement des peines planchers plébiscité

Près de 89% des sympathisants de droite veulent que Sarkozy se prononce pour le rétablissement des peines planchers pour les délinquants multirécidivistes, 86% pour un durcissement des conditions d'acquisition de la nationalité française, 82% pour une simplification du Code du travail ou 88% pour la réduction du nombre de parlementaires.

Sondage réalisé auprès de 676 sympathisants de droite, issus d'un échantillon représentatif de la population française de 2.252 personnes, âgées de 18 ans et plus, interrogées en ligne les 17 et 18 septembre. Méthode des quotas.

Jé. M., avec AFP