BFMTV

Royal donnée perdante dimanche prochain

-

- - -

Ségolène Royal serait largement battue par le candidat socialiste dissident Olivier Falorni dimanche au deuxième tour de la législative dans la première circonscription de Charente-Maritime, selon un sondage Ifop publié mercredi.

Ségolène Royal serait largement battue par le candidat socialiste dissident Olivier Falorni dimanche au deuxième tour de la législative dans la première circonscription de Charente-Maritime, selon un sondage Ifop publié mercredi. La présidente de la région Poitou-Charentes et candidate PS à la présidentielle 2007 est créditée de 42% des voix contre 58% à Olivier Falorni, qui bénéficierait d'un fort report des voix (82%) des électeurs de la candidate UMP Sally Chadjaa, celle-ci n'ayant pas franchi la barre des 12,5% d'inscrits au premier tour. Le sondage a été réalisé lundi et mardi auprès d'un échantillon de 604 personnes représentatif de la population de la circonscription inscrite sur les listes électorales. Olivier Falorni a reçu mardi un message de soutien de la compagne de François Hollande, Valérie Trierweiler, qui a été rendu public à la mi-journée. Selon Frédéric Dabi, de l'Ifop, la moitié de l'échantillon interrogé à été exposée potentiellement au tweet de Valérie Trierweiler mais il est difficile dans l'immédiat d'en mesurer l'impact.

La riposte de Ségolène Royal

Ségolène Royal estime la victoire encore possible, dans une violente attaque contre son concurrent Oliver Falorni: «Lorsque l'on voit que 83% des électeurs de Nicolas Sarkozy se reportent massivement sur le candidat dissident et 55% des voix du Front national, il faut aujourd'hui que les électeurs de gauche et de la majorité présidentielle se mobilisent et n'acceptent pas cette escroquerie politique».
Pour la présidente de Poitou-Charentes, Olivier Falorni est instrumentalisé «par les voix sarkozystes» pour lui faire barrage. Un argument repris par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, qui a demandé mercredi au dissident rochelais de se désister. Une dizaine de candidats se présenteront seuls aux suffrages des électeurs dimanche, au second tour des élections législatives, le candidat arrivé en deuxième position s'étant désisté en leur faveur. «Il est inacceptable de prétendre vouloir imposer un député sans l'accord du peuple, a réagi Olivier Falorni sur BFMTV. Les électeurs de La Rochelle n'auront pas qu'un bulletin de vote sur la table dimanche». «On est vraiment dans la tentative d'une sorte de coup de force anti-démocratique qui est rejeté aujourd'hui par les habitants de cette circonscription», a-t-il souligné, évoquant le sondage Ifop en sa faveur. Cette enquête, a-t-il déclaré, est «un formidable camouflet aux tentatives de l'appareil parisien et de Mme Royal, finalement, d'imposer une candidature unique au second tour».