BFMTV

Retraites : Sarkozy réaffirme qu'il ne déviera pas de son cap

Nicolas Sarkozy lors d'une cérémonie de remise de médailles à des mères de familles nombreuses, à l'Elysée. Le chef de l'Etat a réaffirmé qu'il ne dévierait pas de son cap sur les retraites. /Photo prise le 15 octobre 2010/ REUTERS/Charles Platiau

Nicolas Sarkozy lors d'une cérémonie de remise de médailles à des mères de familles nombreuses, à l'Elysée. Le chef de l'Etat a réaffirmé qu'il ne dévierait pas de son cap sur les retraites. /Photo prise le 15 octobre 2010/ REUTERS/Charles Platiau - -

Nicolas Sarkozy a réaffirmé ce vendredi qu'il entendait les "inquiétudes" suscitées en France par sa réforme des retraites mais qu'il ne dévierait pas de son cap malgré la perspective de nouvelles journées de mobilisation.

L'objectif est de garantir à tous les Français que leur retraite et celle de leurs enfants pourront être financées, a déclaré le président de la République lors d'une cérémonie de remise de médailles à des mères de familles nombreuses.

"C'est un objectif de justice sociale", a-t-il ajouté en demandant aux protestataires de penser au sort des "petites retraites" et des "petits retraités" si la réforme n'était pas conduite à son terme.

"Que deviendraient-ils si demain il n'y avait pas l'argent pour payer les retraites ?" a-t-il dit. "Je demande à chacun d'y réfléchir et de se poser la question."

Les opposants à la réforme des retraites, déjà adoptée par l'Assemblée nationale et en cours d'examen au Sénat, maintiennent une forte pression, avec des transports et un secteur de l'énergie perturbés et une mobilisation persistante des lycéens.

Les principaux syndicats ont lancé un appel à de nouvelles journées de grève et de manifestation pour samedi et mardi.

La mobilisation des jeunes ne laisse pas insensible l'Elysée où l'on se dit "vigilant".

L'Elysée a par ailleurs ordonné jeudi soir le déblocage des dépôts de carburants soumis à un blocus par des grévistes, afin d'éviter les risques de pénurie.

"J'ai entendu les inquiétudes qu'a pu susciter le projet de réforme des retraites auprès des mères de famille. Je souhaite aujourd'hui vous rassurer", a déclaré Nicolas Sarkozy aux mères décorées dans la salle des fêtes de l'Elysée.

Mais il s'est borné à rappeler les amendements adoptés à la demande du gouvernement en faveur des mères d'au moins trois enfants nées avant 1956 et des parents d'enfants handicapés.

Il a en revanche réaffirmé que le gouvernement visait le retour à l'équilibre du régime de retraite par répartition en 2018 grâce au relèvement progressif de l'âge légal de cessation d'activité à 62 ans - une des mesures les plus contestées.

Emmanuel Jarry, édité par Gilles Trequesser