BFMTV

Réforme territoriale: les trois noms retenus pour remplacer Nord-Pas-de-Calais-Picardie

Un sondage populaire est organisé jusqu'à dimanche.

Un sondage populaire est organisé jusqu'à dimanche. - Philippe Huguen - AFP

Les lycéens de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie ont été consultés pour trouver une nouvelle appellation à ce territoire qui est né de la réforme territoriale.

La France ne compte désormais plus que 13 régions, avec la fusion de plusieurs territoires qui forment à présent de plus grandes entités, dans le cadre de la réforme territoriale dont la loi a été promulguée le 7 août 2015. Cette dernière a ainsi rendu officielle la fusion de plusieurs grandes régions, comme ce fut le cas du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie. 

L'appellation aurait pu rester en l'état mais sur BFMTV, Xavier Bertrand, alors fraîchement élu à la tête de ce nouveau territoire, avait annoncé vouloir décider "avec les habitants" d'un nouveau nom. "La modalité souhaitée par le président Xavier Bertrand et ses vice-présidents, c'est de confier l'imagination de ce nom à ceux qui seront demain les habitants de la région, c'est-à-dire les lycéens", a déclaré Gérald Darmanin, vice-président aux transports et à la communication.

Sondage sur Internet

Les lycéens et les apprentis, pendant deux semaines de consultation, ont sélectionné trois noms: bientôt, le Nord-Pas-de-Calais-Picardie pourra s'appeler Haut-de-France, Nord-de-France ou Terres-du-Nord. Désormais, c'est à l'ensemble des habitants de la région de se prononcer sur ces trois choix possibles. La Région a lancé sur son site Internet un grand sondage jusqu'à dimanche. Le nom définitif sera alors soumis au vote des élus régionaux lundi prochain.

Les habitants du Nord ne sont pas les seuls à être consultés. En Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, la présidente socialiste, Carole Delga, a elle aussi annoncé vouloir se fier au choix des habitants, à l'occasion d'une "consultation populaire et transparente". Idem dans la région Auvergne-Rhône-Alpes présidée par Laurent Wauquiez, qui souhaite se fier à ses concitoyens. Un projet pour l'instant mis en attente, comme l'explique Rue89

Les choix du nom adopté par chaque région, ainsi que le futur lieu pour installer le bâtiment du conseil régional, seront alors soumis au gouvernement, qui devra ensuite publier un décret d'ici au 1er octobre prochain.

J.C.