BFMTV

Quelle est l'empreinte de l'ENA au sein du pouvoir politique?

Les bâtiments de l'ENA à Strasbourg, le 14 janvier 2013.

Les bâtiments de l'ENA à Strasbourg, le 14 janvier 2013. - PATRICK HERTZOG / AFP

Le président a confirmé jeudi soir lors de sa conférence de presse son intention de réformer l'école formant les hauts cadres de l'administration française. L'ENA a également accueilli de nombreuses futures figures politiques, dont quatre présidents de la République.

La moitié des présidents, un tiers des Premiers ministres et un ministre sur sept: les anciens élèves de l'Ecole nationale d'administration (ENA), qu'Emmanuel Macron souhaite réformer, voire supprimer, ont profondément marqué la Ve République de leur empreinte.

• Quatre présidents 

Parmi les huit présidents, quatre sont énarques: Valéry Giscard d'Estaing, Jacques Chirac, François Hollande et Emmanuel Macron. Le 8 janvier 1959, lorsqu'est nommé le premier gouvernement de la Ve République, Valéry Giscard d'Estaing, secrétaire d'Etat aux Finances, est, à 32 ans, le seul énarque. En 1974, il sera le tout premier énarque à être élu président. Ses prédécesseurs étaient nés trop tôt pour avoir pu faire l'ENA, qui a été créée après-guerre, en 1945. 

• 22 Premiers ministres

C'est également le cas de huit des 22 Premiers ministres: outre Jacques Chirac, Laurent Fabius, Michel Rocard, Edouard Balladur, Alain Juppé, Lionel Jospin, Dominique de Villepin et Edouard Philippe. Sur les 656 ministres et secrétaires d'Etat de la Ve République, 96 ont fait l'ENA.

S'ils ne sont qu'une poignée sous la présidence du général De Gaulle (1958-1969), les énarques connaissent leur apogée sous celle de Georges Pompidou. Entre 1969 et 1974, sur les 69 ministres de ses gouvernements successifs, 23% sortent de l'ENA. Parmi ses trois successeurs, François Mitterrand et Jacques Chirac feront également confiance aux anciens élèves de l'école, avec respectivement 18,2% et 20,6% de ministres énarques.

• Une tendance à la baisse

Depuis la présidence de Nicolas Sarkozy, les énarques se font plus rares. Si Emmanuel Macron et Edouard Philippe sortent tout deux de l'ENA, ils n'ont nommé que sept ministres énarques depuis 2017, parmi lesquels Bruno Le Maire (Economie et Finances) et Florence Parly (Armées).

Les énarques gardent néanmoins un poids important dans l'entourage des ministres et du président: un tiers des membres de l'équipe d'Emmanuel Macron à l'Elysée.

• Le Quai d'Orsay, ce nid d'énarques

Les deux ministères qui ont vu passer le plus d'énarques (41%) sont les Affaires étrangères, avec notamment Hubert Védrine, Dominique de Villepin, Alain Juppé et Laurent Fabius, et, paradoxalement, la Culture. Les énarques ont détenu souvent brièvement ce dernier portefeuille. Les deux personnalités qui ont occupé le poste le plus longtemps n'avaient pas fait l'ENA: André Malraux, qui appartenait à une autre époque, et Jack Lang.

Suivent le ministère de la Défense (35%), les grands ministères économiques et financiers (31%) et le ministère de l'Intérieur (28%). À l'inverse, les ministères de la Justice et de l'Education sont bons derniers (13%).

Esther Paolini avec AFP