BFMTV

Prime, reprise de la dette... Les mesures du "plan d'urgence" pour l'hôpital d'Édouard Philippe

Primes, aides au logement, reprise de la dette... Ce sont "les mesures fortes" qu'Édouard Philippe et Agnès Buzyn ont détaillé ce mercredi matin dans le cadre de leur plan en faveur de l'hôpital. Un ultime "plan d'urgence" dans l'espoir de répondre au profond malaise qui y règne depuis plusieurs mois.

C’est la dernière carte du gouvernement après huit mois de grève. Le Premier ministre et la ministre de la Santé ont dévoilé ce mercredi matin un plan renforcé pour l’hôpital, quelques jours après une nouvelle manifestation du corps médical et du personnel soignant pour dénoncer leurs conditions de travail et le manque de moyens à l'hôpital

La mobilisation est pour l'instant appelée à se poursuivre: le collectif Inter-Hôpitaux a annoncé la semaine dernière une nouvelle "manifestation nationale" le samedi 30 novembre; et les internes en médecine sont également appelés à une grève illimitée à partir du 10 décembre pour dénoncer la "dégradation des soins". Ce plan suffira-t-il à changer la donne?

"Nous voulons agir et être à la hauteur de leur attente. Nous avons entendu leur colère, nous avons entendu leur épuisement, nous avons entendu leur désarroi", a déclaré mercredi le Premier ministre Édouard Philippe, en annonçant le plan d'urgence pour les hôpitaux, aux côtés de la ministre de la Santé Agnès Buzyn.
  • 1,5 milliard d'euros sur trois ans pour l'Assurance Maladie

Le budget des hôpitaux va bénéficier d'une somme supplémentaire d'1,5 milliard d'euros sur trois ans, dont 300 millions dès 2020, a annoncé le Premier ministre. "Cet argent vient en plus de la trajectoire budgétaire prévue par le gouvernement" et "l'augmentation sera votée dès la semaine prochaine dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale", a-t-il précisé.

Par ailleurs, Édouard Philippe a ajouté que "l'intégralité" des 400 millions d'euros de crédits gelés en début d'année serait "débloquée dans les prochains jours". 

  • La reprise d'un tiers de la dette

Le Premier ministre a notamment annoncé ce mercredi la reprise d'un tiers de la dette des hôpitaux publics: une dette colossale qui s'élève à 30 milliards d'euros. En reprenant 10 milliards d’euros sur trois ans dès 2020, le gouvernement espère permettre aux établissements hospitaliers de "restaurer l'équilibre financier" a déclaré Édouard Philippe.

Cette mesure sera présentée au premier semestre 2020. Le remboursement des intérêts pour les hôpitaux publics, représente environ 850 millions d'euros chaque année.

Bruno Le Maire s'était déjà prononcé en faveur d'une reprise de la dette dans BFM Politique dimanche dernier. Le ministre de l'Économie avait souligné la "nécessité de leur donner les moyens de fonctionner bien". "Il faut mettre le paquet sur l'hôpital" et "nous ne compterons pas notre effort", avait-il lancé.

  • Une hausse des tarifs hospitaliers

L'exécutif prévoit également de rehausser les tarifs hospitaliers, soit les prix des actes et séjours payés par l’Assurance-maladie. "Les tarifs hospitaliers ne baisseront pas jusqu'à la fin du quinquennat", a d'abord déclaré Édouard Philippe mercredi, ajoutant: "nous nous engageons à augmenter chaque année les tarifs d'au moins 0,2% et à faire encore mieux quand ce sera possible".

En parallèle, le Premier ministre annonce que l'État va dédier sur les trois prochaines années "150 millions d'euros par an au soutien à l'investissement courant (...) je pense à l'achat de petit matériel, à l'accomplissement de travaux de rénovation légère".
  • Des primes pour les bas salaires

Une prime annuelle de 800 euros net sera attribuée de manière "pérenne" à quelque 40.000 infirmiers et aides-soignants vivant à Paris et sa proche banlieue et gagnant moins de 1900 euros par mois, a annoncé Agnès Buzyn lors de la présentation à la presse de ce plan. "Nous devons reconnaître la situation spécifique de Paris et de la petite couronne" et le coût élevé qu'entraîne la domiciliation dans cette zone, a-t-elle souligné.

Elle a aussi annoncé la revalorisation de la "prime d'engagement dans la carrière hospitalière des médecins comme des paramédicaux pour offrir aux métiers qui connaissent actuellement les plus grandes tensions, comme les infirmiers spécialisés ou les manipulateurs radios, de nouveaux leviers d'attractivité".

Les hôpitaux recevront également des enveloppes financières pour reconnaître selon leurs propres critères "l'engagement et l'investissement des personnels". Cette enveloppe pourrait permettre une prime annuelle d'environ 300 euros et concerner "jusqu'à 600.000 professionnels", a déclaré Agnès Buzyn.

Le but de ces gratifications financières est, entre autres, de "rendre les carrières publiques hospitalières plus attractives".
  • Une simplification de l'organisation interne

Il faut "donner plus de liberté aux professionnels dans leur organisation du quotidien", a déclaré Agnès Buzyn, qui a accolé à cette déclarations plusieurs mesures de "coopération" entre les professionnels de santé - comme la vaccination en pharmacie -, mais aussi la simplification des recrutements.

La ministre a toutefois critiqué certaines pratiques de l'intérim, et a annoncé "renforcer le respect de la réglementation" dans ce domaine: "J'annonce des campagnes de contrôles dans les prochaines semaines via les comptables publics".

La ministre de la Santé a également promis des changement dans la gouvernance des hôpitaux, avec des mesures immédiates pour renforcer la place du médecin dans les décisions. Elle a notamment parlé d'un renforcement du rôle des chefs de pôles ou de services, et d'une possibilité "d'ouvrir complètement aux médecins le vivier des chefs d'établissement, et pour cela il faut défaire les contraintes juridiques qui empêchent le recrutement de médecins pour tout type de poste de chef d'établissement".

Camille Langlade avec Jeanne Bulant et Salomé Vincendon