BFMTV

Primaire: Vincent Peillon estime que pour la droite un Noir ne doit pas "avoir le droit de vote"

Vincent Peillon est revenu sur ses propos concernant les "chambres à gaz"

Vincent Peillon est revenu sur ses propos concernant les "chambres à gaz" - Capture d'écran BFMTV

Vincent Peillon, candidat à la primaire de la gauche, était l'invité de Quotidien sur TMC, ce jeudi. L'ancien ministre de l'Education nationale a défini la droite comme un ensemble de gens estimant qu'un Noir ne devait pas avoir le droit de vote.

Une polémique, puis une autre. Mardi, sur France 2, Vincent Peillon, candidat à la primaire de la gauche, mettait en garde contre un dévoiement du principe de laïcité en ces termes:

"Certains veulent utiliser la laïcité, ça a déjà été fait par le passé, contre certaines catégories de population. C'était il il y a quarante ans (sic) les juifs à qui on mettait une étoile jaune, c'est aujourd'hui un certain nombre de nos compatriotes musulmans".

Devant le tollé provoqué, Vincent Peillon avait, le lendemain, précisé sa pensée. Il avait expliqué qu'il cherchait simplement à dénoncer "une stratégie de l'extrême droite" qui viserait à "détourner les mots de la République" contre des citoyens français.

"C'est ça notre histoire depuis deux siècles"

Quelques heures plus tard, ce mercredi, le député européen répondait aux questions de Yann Barthès dans l'émission Quotidien sur TMC. Au cours d'une séquence de questions-réponses, l'ancien ministre de l'Education nationale se livrait à une série de définitions. Il a d'abord tracé les contours de la gauche comme il la voit: "La gauche, c'est: 'J'ai des droits, le droit de voter, de me marier, et je considère que si j'ai des droits, les autres, même s'ils ont d'autres orientations, doivent avoir les mêmes droits'."

L'agrégé de philosophie a, ensuite, donné sa vision de la droite:

"La droite, c'est des gens qui considèrent qu'il y a des différences entre nous qui font que, par exemple, si nous n'avons pas la même orientation sexuelle: 'Moi, j'ai le droit de me marier, lui n'a pas le droit de se marier. Il est noir, il n'a pas le droit de vote'. C'est ça notre histoire depuis deux siècles."

Son entourage maintient 

Alors que Yann Barthès lui rétorquait que les partisans de la droite ne pensaient pas de cette manière, Vincent Peillon a répondu: "Ils l'ont été dans l'histoire".

Ce jeudi, Le Scan du Figaro a contacté à ce sujet l'entourage du candidat. Ses proches ont maintenu cette position avant de déclarer que les médias étaient "trop sensibles" et avides "de buzz". 

Robin Verner