BFMTV

Peillon s’explique après sa comparaison entre les Juifs sous Vichy et les musulmans français

Le candidat à la primaire de la gauche Vincent Peillon présente son programme à Paris le 3 janvier 2017.

Le candidat à la primaire de la gauche Vincent Peillon présente son programme à Paris le 3 janvier 2017. - Bertrand Guay - AFP.

Le candidat à la primaire de la gauche a dénoncé mardi soir sur France 2 l’instrumentalisation de la laïcité par le FN "contre certaines catégories de population", comme "il y a 40 ans les Juifs à qui on mettait étoiles jaunes". Une déclaration sur laquelle l'ancien ministre est revenu ce mercredi.

Invité sur le plateau de l’Entretien politique mardi soir sur France 2, Vincent Peillon s’est livré à un parallèle entre le sort des Juifs sous Vichy et celui des musulmans français de nos jours. 

"Certains veulent utiliser la laïcité, ça a déjà été fait dans le passé, contre certaines catégories de la population. C’était il y a 40 ans, les Juifs à qui on mettait des étoiles jaunes. C’est aujourd’hui un certain nombre de nos compatriotes musulmans qu’on amalgame souvent avec des islamistes" a-t-il déclaré, pointant notamment du doigt le "fascisme rampant" de Marine Le Pen. 

Le Crif demande "une clarification"

Sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes n’ont d’ailleurs pas manqué de noter la petite approximation historique de l’ancien ministre de l’Éducation… Il y a quarante ans, en 1977, aucun Juif ne portait l’étoile jaune. 

Le vice-président du Front national Florian Philippot a rapidement réagi pour dénoncer "une attaque très grave contre la laïcité".

La journaliste Caroline Fourest s’est de son côté interrogée sur le lien entre "laïcité" et "étoile jaune".

De son côté, le Crif a dénoncé ses propos qui "ne servent que ceux qui cherchent à réécrire l’Histoire".

"L'histoire de la déportation de plus de 75.000 Juifs, de la spoliation des biens juifs ou des lois discriminatoires comme le port de l'étoile jaune ne saurait être dévoyée et instrumentalisée au nom d’un soi-disant équilibre des souffrances" indique leur communiqué. L'institution juive a également demandé "une clarification et un correctif immédiat de la part de Vincent Peillon".

"Ce qu'ont vécu les juifs ne saurait être banalisé"

Contacté par BFMTV, Vincent Peillon a précisé ses propos face à la polémique naissante:

"Je n’ai pas voulu dire que c’était la laïcité qui était à l’origine de l’antisémitisme de la France de Vichy. Le régime de Vichy ne se réclamait pas de la laïcité, bien au contraire. Et ce qu'ont vécu les juifs sous Vichy ne saurait être banalisé d'aucune façon". Il affirme avoir voulu "dénoncer la stratégie d’extrême-droite" qui utilise la laïcité "contre les musulmans, en les confondant avec les islamistes radicaux obscurantistes qu'il faut eux combattre avec détermination." 

Vincent Peillon n'est pas le premier à faire cette comparaison. Pendant les élections régionales de 2015, Jean-Christophe Cambadélis, le Premier secrétaire du Parti socialiste, avait qualifié de "retour à Vichy" les différentes déclarations des responsables du Front national, notamment sur les musulmans.

Maëva Poulet avec Camille Langlade.