BFMTV

Primaire à droite: les dirigeants LR veulent un code de bonne conduite

Alors que les piques entre candidats se font de plus en plus nombreuses, les responsables du mouvement "Les Républicains" veulent limiter ces attaques durant la primaire.

On ne sait pas ce que le général De Gaulle aurait pensé de cette primaire où bon nombre de candidats se revendiquent gaullistes, mais on sait que François Fillon ne l’imagine pas "mis en examen". C’est cette pique acérée à l’égard de Nicolas Sarkozy - même si l'ancien Premier ministre s'en défend - aux prises avec la justice qui pourrait avoir poussé les cadres du parti Les Républicains à vouloir imposer un code de bonne conduite aux candidats, signale Le Lab d'Europe 1.

Ce 29 août, lors d’un point-presse, Valérie Debord, porte-parole "Les Républicains", a déclaré: "Les règles de la primaire sont claires, nous sommes sur les idées pas sur les attaques personnelles. Tous ceux qui ne seront sur le terrain des idées ne rencontreront certainement pas les électeurs car les électeurs veulent les idées." La responsable a ensuite ajouté qu’elle souhaitait qu’ "un code de bonne conduite puisse être tenu, que nous soyons sur le registre des idées et non des personnes. Le parti sera garant de ce fait que nous soyons sur le registre des idées et non des attaques".

Problème, rien de tout ça n’est prévu par les textes régissant la primaire. En juin dernier, remarque Le Scan du Figaro, le député élu dans les Bouches-du-Rhône Bernard Reynès, qui avait eu le nez creux, proposait pourtant l’adoption d’une charte de bonne conduite. L’initiative rappelait la "charte éthique" qui avait présidé aux débats de la primaire de la gauche en 2011. Mais si le principe avait été accepté par le bureau politique des Républicains, le projet n’avait jamais vu le jour. Personne n’avait pu se mettre d’accord sur des sanctions acceptables en cas d’écart d’un des candidats.

Thierry Solère, l’organisateur-en-chef de la primaire de la droite et du centre, doit présenter d’ici fin septembre quelques règles afin d’éviter de prochaines sorties de route entre candidats. Fin septembre c’est dans un mois, une durée largement suffisante pour s’attendre à encore quelques règlements de compte en famille.

R.V