BFMTV

Présidentielle: le vote a commencé en outre-mer et en Amérique

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) - Eric Feferberg-AFP

Si, en métropole, les bureaux de votes n'ouvriront que dimanche matin à 8 heures, le vote pour le premier tour de l'élection présidentielle a déjà débuté samedi outremer et en Amérique.

Certains électeurs ont déjà fait leur choix entre les onze candidats à l'élection présidentielle. Décalage horaire oblige, les bureaux de vote ont ouvert ce samedi dans plusieurs territoires d'outre-mer, mais aussi sur le continent américain pour permettre aux expatriés de voter. 

Saint-Pierre-et-Miquelon a ouvert le bal 

Les Français de Saint-Pierre-et-Miquelon ont été les premiers à pouvoir aller voter ce samedi, à 12 heures, 8 heures locales. À 13 heures, ce sont les électeurs de Guyane qui ont pu se rendre aux urnes. Sur ce territoire, où un mouvement social de plus d'un mois s'est achevé vendredi avec la signature d'un accord, la participation était très faible à la mi-journée, avec 18,9% de votants, contre 20,6% en 2016. Aux Antilles, on peut voter depuis 14 heures, et en Polynésie et Nouvelle-Calédonie les bureaux ont ouvert dans la soirée. 

Au Gosier, en Guadeloupe, la participation était assez faible dans les premières heures. "J'ai accompli un devoir citoyen, mais sans conviction" a commenté Mélissa, 32 ans. 

"C'est notre devoir de citoyen qu'on continue ici"

Les expatriés français sur le continent américain étaient également attendus dans les isoloirs. Déçus d'une campagne brouillée par "les affaires", les Français installés en Amérique ont avant tout cherché à ne pas "voter mal". 

"C'est notre devoir de citoyen qu'on continue ici", expliquait cet après-midi Adrien Gontier, flanqué d'un béret noir, à la sortie de l'ambassade de France à Washington, transformée pour l'occasion en bureau de vote.

"Et puis on est aux Etats-Unis, on a vu ce que ça donnait de ne pas voter ou de voter mal" a ajouté cet Alsacien expatrié dans la capitale américaine.

Au total, 119.773 électeurs français sont inscrits aux Etats-Unis, dont 11.242 à Washington, soit 30% d'électeurs de plus que pour le premier tour de la présidentielle en 2012, selon les chiffres de l'ambassade, qui a également expliqué avoir renforcé son dispositif de sécurité. 

Une très longue file d'attente à Montréal

Les électeurs de la principale ville du Québec étaient eux-aussi invités à se rendre au collège français Stanislas à Montréal pour choisir leur candidat. Cette année, ils étaient plus de 57.000 à être inscrits sur les listes de la métropole, contre 44.000 en 2012. Selon les chiffres de La Presse, le nombre d'électeurs français est passé 65.000 à plus de 85.000 sur les cinq dernières années au Canada.

Mais la patience était de mise, avec plus de deux heures d'attente et près de 1,5 kilomètres de queue avant de rejoindre les isoloirs, comme le montrent plusieurs images publiées sur les réseaux sociaux. 

Une attente qui a d'ailleurs démotivé certains électeurs, qui ont rebroussé chemin. "Ce n'est pas possible de mettre qu'un seul bureau de vote pour la région de Montréal. C'était extrêmement décourageant" a raconté une jeune française à franceinfo

Le dossier de BFMTV.com consacré à l'élection présidentielle

M.P avec AFP