BFMTV

Présidentielle 2022: la droite privée de François Baroin?

Le maire de Troyes est une des personnalités les plus sollicitées pour porter la droite en 2022, mais plusieurs signaux indiquent au'il aurait d'autres ambitions.

Alors que les Républicains font leur rentrée ce samedi, à Port-Marly, dans les Yvelines, une prise de parole est particulièrement attendue: celle de François Baroin. A 55 ans, le maire de Troyes incarne l’espoir de la droite pour la présidentielle de 2022. "Je considère qu’il a toutes les qualités, le charisme, l’autorité, la compétence", énumère Christian Jacob. Problème: le principal intéressé ne semble pas vouloir y aller.

"Bien évidément j’espère toujours", a pourtant affirmé le président du parti au Parisien, ce samedi. Mais ses proches assurent qu'il n'a pas l'envie de se lancer. "Je l'ai vu récemment. Il a perdu le peu d'envie qu'il avait", nous a confié un dirigeant LR. "Il laisse le sentiment de ne pas vouloir y aller. Il a un manque d'envie. Ca commence à ressembler à un rendez-vous manqué", nous a confirmé un cadre du parti.

Des ambitions dans le privé

"Je ne suis pas sûr d'être suffisamment timbré" pour la course à la présidentielle, aurait un jour confié François Baroin à Olivier Girardin, le vice-président PS de l'intercommunalité de Troyes, raconte Le Parisien.

"On a tellement l’habitude de fréquenter en politique des obssédés de l’élection présidentielle, parfois même quelques frapadingues qui ne pensent qu’à ça, quand on croise quelqu’un d’équilibré ça nous fait peut-être bizarre mais ça fait du bien”, souligne sur notre antenne Aurélien Pradié, député LR du Lot.

François Baroin serait surtout soucieux de protéger sa famille et davantage attiré par le secteur privé. Conseiller externe à la banque Barclays et avocat associé de Francis Szpiner, en plus de son mandat de maire, l'homme est déjà très occupé. D'après Mediapart, il serait même en discussion pour devenir directeur général de la filière française de la banque Morgan-Stanley.

Quelles sont les autres options ?

A droite, certains demandent simplement qu’on lui laisse le temps de la réflexion. Mais si François Baroin renonçait à se présenter, il faudrait trouver un autre candidat, ou une autre candidate. Trois options sont privéligées: une candidature du sénateur Bruno Retailleau, longtemps proche de Philippe De Villiers, celle du président des Hauts-de-France Xavier Bertrand ou encore celle de la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse. Ces deux derniers ayant pris leurs distances avec le parti.

"Au préalable il va falloir que le parti trouve le moyen de départager ces personnalités”, rappelle Nicolas Prissette, éditorialiste politique chez BFMTV. Faut-il refaire une primaire comme en 2017? Certains sont pour "parce que c’est dans les statuts du parti” mais d'autres se rappelent que "ça a été une machine à perdre en 2017”. Si la droite devait passer par un autre processus, il faudrait alors convoquer un congrès pour réviser les statuts du parti. "Une difficulté supplémentaire", explique Nicolas Prissette.

Il reste une solution, proposée par Christian Estrosi: se ranger derrière Emmanuel Macron. Une proposition pas très populaire dans les rangs des Républicains.

Camille Sarazin Journaliste BFMTV