BFMTV

Présidentielle 2017: un groupuscule nationaliste veut pousser Hugues Aufray à se présenter 

Hugues Aufray, sur scène.

Hugues Aufray, sur scène. - LIONEL BONAVENTURE - AFP

Le chanteur Hugues Aufray est l'égérie d'un groupe baptisé "le Cercle des gens de peu". Celui-ci veut récolter, avec son aval, des signatures au nom de l'artiste en vue de la présidentielle. Mais le site du magazine Marianne révèle qu'il s'agit là d'une initiative venue d'une formation d'extrême-droite. Ce qu'ignorait Hugues Aufray.

Hugues Aufray, 87 ans, s'est visiblement embarqué dans une drôle d'équipée politique. Depuis fin décembre et la parution d'un article de Sud-Ouest, on évoquait de manière surprenante la candidature du chanteur à la présidentielle de 2017. Aujourd'hui, ce dernier assure qu'il n'a pas l'intention de figurer à ce scrutin mais reconnaît qu'une collecte de parrainages en son nom est en cours. Et cette entreprise est moins innocente qu'il n'y paraît, révèle le site du magazine Marianne qui a enquêté sur l'affaire. 

Le chanteur y a vu une vitrine possible pour ses idées

En effet, cette initiative a été pensée et pilotée par un collectif nébuleux, évoluant sous l'appellation "le Cercle des gens de peu". Un affichage plein d'humilité qui a emporté l'adhésion du chanteur comme il le confie à Marianne:

"Ils m'ont envoyé une belle lettre, courtoise, signée d'un certain Rodolphe. Elle était accompagnée d'un livret de 40 pages, présentant le "Mouvement Santiano", censé porter ma candidature à la présidentielle. Le nom "Cercle des gens de peu" m'a touché, alors j'ai rappelé Rodolphe. On a convenu de se rencontrer, à Marnes-la-Coquette, vers chez moi. Ils sont venus à six. J'ai bien sûr refusé d'être candidat mais ils m'ont dit qu'ils s'occuperaient de récolter les signatures eux-mêmes. Je leur ai donné mon accord".

Pour l'interprète de "Santiano" ou encore de "Céline", c'est l'occasion rêver pour soulever dans les médias des sujets qui lui tiennent à coeur, explique-t-il, comme "la production d'éthanol à base de topinambours" ou le don de sang obligatoire. Sauf que le profil de ces soutiens, apparemment spontanés, de Hugues Aufray n'évoluent pas dans ce registre. 

Une "république mosaïque" pour séparer les populations

Le "Rodolphe" auquel l'artiste fait référence est ainsi identifié comme Rodolphe Crevelle, un militant nationaliste de 61 ans. Ce dernier est le fondateur d'un groupuscule appelé le "Lys noir", dont le "Cercle des gens de peu" n'est qu'une émanation. Le "Lys noir" présente, sur Internet, une production de brochures fournie. Dans l'une d'elle, la formation se définit comme "anarcho-royaliste". 

Dans ses fascicules numériques, le "Lys noir" propose notamment la sécession entre les populations installées sur le territoire français depuis longtemps et les autres. Il est notamment question de la création d'une "république mosaïque", vaste de "3.000 kilomètres carrés" et située dans "le sud des Bouches-du-Rhône" pour y "faire tenir 10 à 12 millions de Français et étrangers d'origine non européenne". 

Hugues Aufray, le premier étonné

Hugues Aufray concède être au courant des opinions monarchistes du "Cercle des gens de peu" mais tout ignorer du reste: "Si c'est vrai, ils m'ont trompé. Je ne suis pas d'accord avec ces choses!" 

Invité de RMC ce mardi, le chanteur a en tout cas confirmé qu'il ne serait pas candidat au suffrage du printemps prochain. 

R.V.